L'AGE D'OR DE LA COUNTRY MUSIC 4/4

ARTICLE DE ROLAND ROTH    

 

4ème PARTIE

 

Photo 15     CHET ATKINS     

(1924- 2001)

Chester Burton Atkins est plus connu sous le nom de « Chet » Atkins.

Il est né le 20 juin 1924 dans une ferme près de Luttrell au Tennessee.

Son père a été pianiste et son frère joua dans le groupe « les Paul » en tant que guitariste.

Chet Atkins sera violoniste professionnel dès l’âge de 17 ans et jouera pour un show radiophonique de Knoxville au Tennessee.

Il a été fan de Merle Travis et se mit à jouer de la guitare, offerte par son frère.

En 1946, il débuta à Nashville sous le nom de « Chester Atkins And The All Star Hillbillies » avec Roy Lanham, Jack Shook, Dutch McMillin et Louis Ennis et il  enregistra le titre de «  Guitar Blues ».

En 1948, il joua avec deux amis qui deviendront célèbres sous le nom de Homer & Jethro.

En 1950, il rencontra les Carter Sisters avec Mother Maybelle avec laquelle il fera la scène du Grand Ole Opry.

Il était un guitariste talentueux et un producteur renommé, notamment de Hank Snow.

Il a énormément influencé la Country Music.

Sa technique de jeu de guitare appelée aussi « Picking » (et qu'il appelait lui-même « yakety ») a fait des émules dans et en dehors de la musique Country.

Il a été musicien de session et aurait voulu être chanteur mais sa voix n’est pas terrible.

C’est sa guitare qui le met en avant.

Il jouera aux dernières sessions d’enregistrement de Hank Williams et aux premières d’Elvis Presley notamment dans Heartbreak Hotel.

Chet Atkins a produit des disques pour Perry Como, Elvis Presley, the Everly Brothers, Eddy Arnold, Don Gibson, Jim Reeves, Jerry Reed, Skeeter Davis, Connie Smith, Bobby Bare, Dolly Parton, Waylon Jennings parmis tant d’autres.

Bien qu'il ne puisse pas être considéré comme un pur produit du son Rockabilly, son jeu de guitare a eu une énorme influence sur eux.

Il a influencé notamment des guitaristes comme Scotty Moore, Mark Knopfler (Neck and Neck), Tommy Emmanuel (The Day Finger Pickers Took Over The World) Merle Travis, Django Reinhardt, George Barnes, Les Paul et surtout en France Marcel Dadi dans les années 1970.

Il sera très ami des Everly Brothers et de Jerry Reed.

En 1957, il sera nommé responsable des studios RCA de Nashville et deviendra par la suite vice-président du Label.

A ce titre, il découvrira de nombreux talents dont Charlie Rich.

Chet Atkins a  inventé le son de Nashville appelé le Nashville sound, la musique made in Nashville, avec Owen Bradley, mais aussi avec le pianiste Floyd Cramer, les guitaristes Hank Garland et Grady Martin, le bassiste Bob Moore et le batteur Buddy Harmon.

Il s’inquiéta de la dérive de la musique de Nashville et prôna le retour aux sources.

Ses albums comme en 1960 « Teensville » avec deux de ses premiers hits « Boo Boo Stick Beat » et « One Mint Julep » ou encore en 1963 « Teen Scene » avec I Got a Woman »,  « Susie Q ou « Rumpus » connurent un grand succès.

Atkins sera par la suite très prolifique en sortant une soixantaine d’albums, spécialiste de la guitare électrique dans les années 1950, en passant par la musique classique au début des années 1960 et  de tous les styles de musique, le Rock’n’Roll, le Rockabilly, le Jazz, le Blues et aussi le Flamenco avec le célèbre « Malaguena » et bien sûr la Country Music.

Sa musique de haut niveau très représentative et éclectique, a emprunté au répertoire de Duke Ellington, de Doc Watson, de Willie Nelson, de Wladimir Kosma, des Beatles, de Bach ou de Mozart.

Il a été élu meilleur musicien de l’année par la CMA pour les années 1967, 68, 69 et 84.

Il sera admis comme membre du célèbre Country Music Hall of Fame en 1973.

Chet Atkins sera même sur scène en France à l’Olympia le 10 décembre 1977 avec Marcel Dadi et il retrouvera celui-ci une dernière fois pour la convention nationale de la guitare à Issoudun (36) en 1991 où il joua « les feuilles mortes » le jour du décès d’Yves Montant.

Chet a obtenu pas moins de 14 Grammy Awards et Grammy Lifetime Achievement Award, 9 Country Music Association (CMA) Awards en tant que meilleur instrumentaliste de l’année.

Durant les années 1990, sa santé s’est dégradée et on lui diagnostica un cancer en 1996.
Il décèdera le 30 juin 2001 à l’âge de 77 ans et sera enterré au Harpeth Hills Memory Gardens à Nashville.

 

 

Photo 16     BUCK OWENS    

(1929- 2006)

Alvis Edgar « Buck » Owens Jr. est né le 15 août 1929 à Sherman au Texas.

A l’âge de 3 ou 4 ans, il se donna lui-même le surnom de Buck.

Sa famille s’installa en 1937 à Mesa en Arizona durant la grande dépression.

Il abandonna l’école à 13 ans et se mit à aprendre à jouer de la guitare.

Buck s’interressera  rapidement à la musique et dès 1945, il co- animera une émission radio nommée « Buck & Britt ».

Par la suite, à la fin des années 1940, il sera routier et sera impressionné en découvrant la ville de Bakersfield dans la vallée de San Joaquin en Californie.

Il s’y installera en 1950 avec sa femme.

Puis, il se déplacera souvent à Hollywood pour des enregistrements d’albums chez Capitol Records en tant que musicien pour des artistes comme Sonny James, Wanda Jackson Tennessee Ernie Ford, Tommy Sands, Tommy Collins, Faron Young, Gene Vincent, Del Reeves et bien d’autres.

Durant les années 1950, qui fut la période du pur Rock’n’Roll, Buck Owens enregistra un album de Rockabilly nommé « Hot Dog » sous le nom d’emprunt de Corky Jones.

Mais c’est en 1959 qu’il commença à connaître le succès avec la chanson « Second Fiddle » placée à la 24ème place dans les Billboard Charts, suivi de « Under Your Spell Again » à la 4ème  place et « Above and Beyond » à la 3ème place.

En 1960, Buck Owens, avec sa musique un peu mielleuse remplie d’instruments à cordes et influencée par la musique Pop, était à contre courant par rapport à la musique « Countrypolitan » qui était à la mode à l’époque, du genre Patsy Cline, Eddy Arnold ou Jim Reeves.

En 1963, « Act Naturally » était la première chanson de Buck à atteindre la première place dans les Charts.

Les Beatles ont repris le morceau en 1965.

Buck Owens était un des pionniers du « Bakersfield Sound » (le son de Bakersfield) en tant qu’artiste solo et avec son groupe « The Buckaroos « (dont le nom a été donné par Merle Haggard, ancien membre de ce groupe).

C’est une allusion à Bakersfield, la ville de Californie où il habitait et de laquelle il s'est inspiré pour sa musique et qu'il aimait  appeler « la musique américaine ».

C’est en 1967 que Buck Owens et son groupe « The Buckaroos » ont fait une tournée au Japon.

Cet événement, de quitter les USA, a été plutôt rare pour un artiste country à l'époque.

Il y réalisa un album se nommant « Buck Owens in Japan » qui fut considéré comme le premier album Country enregistré hors des Etats-Unis.

La chanson du nom du disque sera classée N°1 dans les Charts en 1972.

En 1968, Buck et son groupe jouèrent à la Maison Blanche pour le président Johnson.

Fin des années 1960, encouragé par son manager Jack McFadden, Owens a investi en achetant de nombreuses stations de radios à Bakersfield et en Arizona et des sociétés dans le domaine de la musique et du divertissement.

Buck Owens avec Roy Clark ont animé une émission de télévision du nom de « Hee Haw », émission qu’il poursuivit durant les années 1970 et 1980.

Le groupe des années 1970, les Creedence Clearwater Revival, de tendance Country, ont mentionné Buck Owens dans leur morceau « Lookin’ Out My Back ».

Owens a fondé sa propre entreprise de disques pour produire les albums de nombreuses stars de la Country Music.

En 1974, Il a perdu son guitariste et meilleur ami, Don Rich (de son vrai nom Donald Eugene Ulrich), dans un accident de moto, ce qui lui a porté un coup terrible à son moral.

En 1988, Dwight Yoakam, qui habitait également à Bakersfield et qui était aussi un fan de la West Coast Country Music, a enregistré un duo avec Buck « Streets of Bakersfield » qui atteindra la première place dans les Charts.

En 1988, Owens re-signa avec son ancien label Capitol Records dont deux albums en résulteront avec cinq singles dans le Top.

En 1996, Owens sera introduit au Country Music Hall of Fame de Nashville ainsi qu’au Nashville Songwriters Hall of Fame.

La même année, il ouvrira son célèbre « Crystal Palace » à Backersfield en Californie.

Au cours de sa carrière, Buck Owens a classé 20 de ses chansons à la tête des hits parades de la Country Music.

Il décédera le 25 mars 2006, à l’âge de 77 ans.

 

 

Photo 17     GEORGE  JONES    

(1931 - 2013)

George Glenn Jones est né le 12 septembre 1931 à Saratoga au Texas et a grandi à Vidor (Texas) aux côtés de son frère et de ses cinq sœurs.

Durant sa carrière, il fut aussi appelé  « The Possum » ou « No Show Jones ».

Dès son plus jeunr âge, il a été influencé par la musique dans son milieu familial et par la musique Gospel qu’il entendait à l’église.

A l’âge de 7 ans, ses parents achetèrent un poste de radio et le jeune George sera initié à la Country Music.

C’est à 9 ans qu’il aura sa première guitare et il joua dans les rues de Beaumont au Texas pour gagner un peu d’argent.

A 16 ans, il quitta la maison familiale pour se rendre à Jasper au Texas. Pour vivre, il chanta et joua pour une station de radio locale.

En 1950, il n’avait même pas 20 ans quand il épousa la première de ses quatre femmes, Dorothy Bonvillion, mais leur mariage ne dura même pas une année. Ils eurent une fille, Susan.

Puis Jones s’engagea dans les US Marine Corps mais il resta pour servir aux Etats Unis et chanta dans les bars aux alentours de sa base en Californie.

Sa carrière musicale débuta à la suite de son départ de l’armée.

En 1954, Jones enregistrera son premier disque « No Money in The Deal » pour Starday Records.

La même année, il se remaria avec Shirley Ann Corley.

Cette union durera jusqu’en 1968. Ils eurent deux fils, Jeffrey et Brian.

Son premier hit « Why Baby Why », qu’il a co-écrit, sera en 1955 dans les Charts.

Durant les années 1960, Jones a enregistré une série de duos sous les labels de Mercury, United Artists et Musicor avec Margie Singleton, Gene Pitney, Brenda Carter et Melba Montgomery.

Il se maria à nouveau en 1969 avec Tammy Wynette, mariage qui tiendra jusqu’en 1975, et ils eurent une fille, Georgette.

Georgette Jones est maintenant une chanteuse de country et elle chante sur scène avec son père.

Il rejoindra son label Epic Records pour une collaboration de 20 ans avec le producteur Billy Sherrill.

Le premier duo avec Tammy Wynette sera « Take Me » en 1972. D’autres suivront.

Son 4ème mariage sera avec Nancy Sepulveda en 1983 à Woodville au Texas.

Elle sera aussi son manager.

Il enregistra de nombreux autres duos entre 1978 et 2001 avec

James Taylor, Johnny Paycheck, Merle Haggard, Ray Charles, Brenda Lee, Lacy J. Dalton, Shelby Lynne, Randy Travis, Sammy Kershaw, Alan Jackson et Garth Brooks.

C’est dans les années 1980 qu’il sortira un des plus grands hits Country de tous les temps avec « He Stopped Loving Her Today » qui sera récompensé aux CMA Awards en 1980 et 1981.

La même année, Jones sera nommé meilleur chanteur de l’année aux Grammy Awards.

D’autres récompenses suivront.

Il signera en 1991 avec MCA Records et en 1992 la carrière de George Jones sera récompensée par son admission au Country Music Hall of Fame.

Jones aura 13 hits n°1 dans les Charts et 30 hits au Top 5, 78 hits au Top 10, 143 hits au Top 40.

Il a eu plus de chansons dans les palmarès country américains que n'importe quel autre chanteur.

George Jones fut fréquement appelé  « le plus grand chanteur vivant de la country » ou encore la « Rolls-Royce des chanteurs de la country ».

Mais sa carrière a surtout été entâchée par ses abus de toutes sortes, notamment son penchant pour l’alcool, ses relations difficiles avec les femmes et ses violentes crises de rage.

Il se battera avec son problème d’aloolisme durant les années 1980 et sa 4ème femme, Nancy, l’aidera à s’en sortir de cet alcoolisme et de ses tendances à la cocaïne au courant des dernières années  pour revenir à un semblant de stabilité.

Mais il buvait déjà du temps de son mariage avec Tammy Wynette comme elle l’a décrit dans son auto-biographie.

Comme il était saoul du matin jusqu’au soir, il a raté plus de 50 concerts, d’où son surnom de « No Show Jones ».

Il  écrira une chanson intitulée  « No-Show Jones » dans laquelle il se moquera des excès et des faiblesses des chanteurs de country alcooliques à travers son exemple personnel.

Il suivit la trace de Hank Williams qui fut également un grand alcoolique et mourrut à cause de cela.

En 1999, il sera sérieusement blessé lors d’un accident de circulation et la police trouva dans sa voiture une bouteille vide de vodka.

Jones a été reconnu coupable pour conduite avec facultés réduites et a été condamné à payer une amende et avec l’obligation de suivre un traitement de désintoxication.

Mais dans les années 1970, il a aussi été poussé à consommer de la cocaïne avant un concert par son manager de l’époque car il se sentait trop fatigué pour rentrer en scène.

Ses tendances d’auto-destruction le firent frôler la mort et il sera même enfermé dans un hôpital psychiatrique dans l’Alabama alors  que ses amis Waylon Jennings et Johnny Cash le soutenaient financièrement.

En 2006, il a été opéré suite à une pneumonie, mais il s’était remis rapidement et il continua cette année-là une longue tournée sur les routes des States.

En 2008, il a été nommé  « Artiste du mois » par la chaîne de télévision GAC (Great American Country).

George Jones est aussi membre du Grand Ole Opry.

Jones et sa femme Nancy possèdent à Enterprise dans l’Alabama, un petit restaurant dans lequel on peut voir toutes sortes d’objets concernant sa carrière musicale dans la Country Music.

Il est également propriétaire de sa propre marque de saucisses dont la recette lui est personnelle et ses saucisses sont produites par la Williams Sausage Company au Tennessee.

Il a vécu à Franklin (Tennessee), avec sa femme, Nancy. Dans une autre maison construite sur sa propriété vit également  Sherry Hohimer, sa belle-fille avec son mari, Kirk qui assiste George Jones dans la préparation de ses concerts et tournées.

Les enfants de Sherry et Kirk, Carlos et Breann Hohimer (petits-enfants de George Jones) vivent avec eux.

George Jones est décédé le 26 avril 2013 à 81 ans.

.

 

Photo 18     CONWAY  TWITTY     

(1933-1993)

Harold Lloyd Jenkins, de son nom de scène Conway Twitty, est né en 1933 à Friars Point dans le Mississippi.

Son père a été capitaine d’un bateau à  roue à aubes et c’est lui qui l’a initié dans sa jeunesse à la guitare et à la Country Music.

Il fut prénommé par son grand-oncle d’après son acteur favori du Silent Movie, Harold Lloyd.

Quand Harold Lloyd eut 10 ans, la famille Jenkins s’installa à Helena dans l’Arkansas.

Il monta par la suite dans cette ville son premier groupe « Phillips County Ramblers ».

Deux années plus tard, il avait son propre show sur une radio locale tous les samedis matins.

Sa seconde passion était le baseball.

Il a fait son service militaire au Japon où il monta un groupe « The Cimmerons » pour distraire les GI’s.

Dès sa libération en 1956, il fut influencé par Elvis Presley et créa un nouveu groupe musical « The Rock Housers ».

Comme Elvis, il enregistra plusieurs morceaux au Sun Studio chez Sam Phillips à Memphis au Tennessee.

En quittant Sun Studio pour Mercury, il changea aussi de nom pour Conway Twitty qui est le cumul du nom de deux villes de l’Arkansas et du Texas.

A ses débuts, il eut du succès en chantant du R&B, de la Pop Music et du Rock n’Roll très endiablé comme les morceaux « Shake It Up », « Maybe Baby » et « Golly Gosh Oh Gee ».

En 1958, Twitty signa avec MGM et sa chanson slow-rock « It’s Only Make Believe » sera classée N°1.

Il était surtout connu comme chanteur Rock n’ Roll jusqu’en 1961 avec des titres comme « Hey Little Lucy », « Mona Lisa », « Danny Boy »,« Lonely Blue Boy », « Is A Blue Bird Blue » et «  Whole Lotta Shakin’ Goin On ».

Conway Twitty, après avoir chanté du Rockabilly, décida de se remettre en question et quitta le Rock pour la Country.

Son premier single Country « The Image Of Me », qui sera au

Top 5, ne verra le jour que trois années après en 1965, le temps de percer médiatiquement dans la Country à Nashville.

Les Dj’s à l’époque refusaient de passer ses morceaux Country car il était toujours catalogué comme chanteur Rock n’Roll.

En Juillet 1968, la chanson « Next In Line » sera son premier hit Country  N°1.

De 1971 à 1976, Twitty aura une série de distinctions par la CMA pour des duos avec Loretta Lynn comme « Hello Darlin »,

« After the Fire Is Gone »,« Louisiana Woman, Mississippi Man »

« As Soon As I Hang Up the Phone »,« Feelins »,

« I Can’t Love You Enough » et « Still Believe In Waltzes ».

 

En 1978, il fut reçu à la Maison Blanche par le président Jimmy Carter.

Au cours de sa carrière, il changea plusieurs fois de label en passant par MCA, Decca, Elektra/Asylum, Warner Bros. Records puis à nouveau MCA.

Twitty a créé un parc de loisirs à Hendersonville où il vécut, au nord de Nashville, et qu’il nomma « Twitty City ».

C’est un complexe de divertissements de Country Music.

Dans la soirée du vendredi 4 juin 1993, à son retour d’un concert au Jim Stafford Theater à Bronson au Missouri, Conway Twitty se plaignait de douleurs abdominales et maux d’estomac.

Pendant qu’il se reposait, ses musiciens allaient se restaurer.

A leur retour, ils le découvrirent inanimé.

Malgré des réanimations d’urgence et des opérations désespérées au Cox South Medical Center à Springfield, Twitty ne put être réanimé.

Il décéda le 5 juin 1993 à l’âge de 59 ans.

La cause du décès fut une rupture d’anévrisme.

Il est mort un jour après la sortie de son dernier album studio « Final Touches ».

En 1998, Spectrum Music avait rassemblé l’essentiel de ses compositions et des reprises dans un album intitulé « The Rock’n’Roll Collection » .

 Conway Twitty a  obtenu, au cours de sa carrière, 55 hits n° 1 dans les Billboard Country Hits et ceci dans tous les genres de styles musicaux (country, rock’ n’roll, Rockabilly … ).

Ce n’est qu’en 2007 que George Strait, avec son 56ème single « Wrapped », a détroné ce record.

En 1999, Twitty fut intronisé à la fois au Country Music et Rockabilly Hall of Fame.

Conway Twitty a été marié trois fois.

Sa veuve, Dee Henry Jenkins et ses quatre enfants issus des mariages précédents, se sont disputés son héritage.

Finalement les enfants ont obtenu les droits de musique, le nom et l’image de l’artiste.

Le fils de Twitty, Michael, et son petit-fils ont permis un montage électronique et numérique en intégrant et mixant la bande son originale de la chanson « I Want To Hear A Cheating Song » datant du début des années 1980, en duo avec la voix de la chanteuse Anita Cochran.

C’est ce genre de duo électronique qui fut également réalisé entre Patsy Cline et Jim Reeves, Hank Williams Jr. et Hank Williams Sr. ou Nat King Cole et Natalie Cole.

 

 

Photo 19     JOHNNY  CASH          

(1932 – 2003)

« The Man In Black » l’homme en noir.

Johnny Cash est né à Kingsland dans l’Arkansas dans une famille pauvre et rurale d’origine écossaise et fut le quatrième des sept enfants de Ray Cash (1897-1985) et de Carrie Cloveree Rivers (1904-1991)

« Johnny » a été seulement baptisé par les initiales J.R. et portera ce prénom jusqu’à son engagement dans l’armée de l’air, qui refusa ces initiales et il  adoptera son prénom John R. Ce n’est qu’en 1955, lors de la signature avec Sun Records, qu’il avait pris le nom de Johnny Cash comme son nom de scène.

Les enfants des Cash furent dans l’ordre : Roy, Marguerite Louise, Jack, JR (John), Reba, Joanne et Tommy.

Cash est de descendance royale écossaise, en l’occurrence de Malcolm IV, roi d’Ecosse de 1153 à 1159, et d’un ancien marin William Cash qui s’est installé en Virginie en 1673.

Son frère cadet, Tommy Cash, fut également artiste de Country Music.

En Mars 1935, la famille s'installe à Dyess dans l’Arkansas.

JR commenca à travailler dans les champs de coton à l'âge de cinq ans et chanta avec sa famille tout en travaillant, du folk, des hymnes religieux, du gospel et de la country.

Sa mère et un ami d’enfance lui ont enseigné la musique et JR commença très jeune à jouer de la guitare et à composer des chansons.

A la High Shool, il se produisait déjà à la radio locale.

La ferme familiale a été inondée à plusieurs reprises ce qui lui inspira plus tard la chanson « Five Feet High and Rising ».

JR a été très proche de son frère Jack de deux ans son aîné.

Il fut très marqué par la mort de celui-ci alors qu’il n’avait que  14 ans. Il fut presque coupé en deux par une scie circulaire dans la scierie où il travaillait.

Johnny avait exprimé, à de nombreuses reprises, la culpabilité qu'il ressentait et des rêves qu’il faisait suite à ce décès.

JR est enrôlé dans l’U.S. Air Force et partira pour San Antonio au Texas, puis pour la base aérienne de Landsberg en Allemagne pendant trois années, jusqu’en juillet 1954.

Il y formera son premier groupe « The Landsberg Barbarians ».

En 1954, Cash avec sa femme, s’installèrent à Memphis dans le Tennessee.

Il y travailla comme vendeur et prenait des cours pour devenir DJ à la radio.

Il chanta avec deux amis musiciens Luther Perkins et Marshall Grant, les « Tennessee Two ».

Cash demanda une audition à la maison de disques Sun Records de Sam Phillips qui avait déjà comme artistes les rockers Elvis Presley et Jerry Lee Lewis.

En 1955, les premiers enregistrements avec Sun ont été « Hey Porter » et « Cry Cry Cry ».

Pendant son service militaire en Allemagne, Cash avait écrit la chanson « Folsom Prison Blues » suite au film « Inside the Walls of Folsom Prison »  qu’il avait vu là-bas.

En 1956, il chanta à la radio la chanson «Swing Low, Sweet Chariot », puis « I Walk The Line » qui se classa N°1 et en juin 1957 « Home of the Blues ».

En 1957, Cash accepte l'offre du label Columbia Records et il enregistra au début des années 1960  « Don’t Take Your Guns to Town et « The Ballad of Ira Hayes ».

A ce moment-là, il fit une tournée avec la Carter Family et se lia avec June Carter qu’il fréquenta, les deux artistes étant pourtant mariés et avaient une famille.

En 1961, Johnny Cash sera également acteur dans le film « Five Minutes to Live »  et présenta une soirée de Noël à la télévision sur CBS, puis par la suite jouera dans des séries de télévision comme dans « Colombo » en 1974, dans la « Petite Maison dans la prairie » ainsi que dans la mini-série de 1985 « Le Nord et le Sud » « North and South », sur le thème de la Guerre de Sécession.

En 1981, on le verra dans le film « The Pride of Jesse Hallam » et en 1983 dans « Murder in Coweta County » où il joua le rôle d'un shérif.

En 1981, il apparaîtra également en tant que « very special guest star » dans un épisode du Muppet Show.

En 1963, il sortira le morceau « Ring of Fire », chanson co-écrite par June Carter et Merle Kilgore qui fait référence à sa dépendance à l'alcool et à la drogue du début des années 1960.

En effet pour tenir le coup lors de ses tournées exténuantes, comptant pas moins de 300 concerts par an, il deviendra rapidement dépendant des amphétamines et des barbituriques.

En 1965, il a été arrêté à El Paso au Texas par la police qui le soupçonna de transporter de l'héroïne depuis le Mexique.

Mais il fut relâché car les policiers ne trouveront que des amphétamines et barbituriques légaux qui étaient cachés dans son étui de guitare et pour lesquels il posédait une ordonnance.

Il fut à nouveau arrêté en mai 1965, à Starkville au Mississippi, pour avoir pénétré en pleine nuit dans un jardin privé en voulant y cueillir des fleurs ! Ce qu’il résumera dans sa chanson « Starkville City Jail ».

Malgré tous les problèmes avec la police et la justice, Cash ne passera jamais plus d'une nuit en prison.

Egalement en 1965, il conduisait un camion qui prit feu. L’incendie se propagea sur des kilomètres à travers le parc national de Los Padres en Californie en tuant 49 des 53 condors protégés du parc.

Il écopa d’une amende de plus de 125 000 dollars.

Il sortira les albums  « Bitter Tears » en 1964, racontant la vie des indiens d'Amérique et « Ballads of the True West » en 1965, narrant le Far West.

En pleine addiction à la drogue et à l’acool et suite à ses infidélités, Cash divorça le 18 août 1966  avec sa première femme Vivian Liberto qu’il épousa le 07 août 1954 à San Antonio au Texas.

Ils avaient ensemble quatre filles : Rosanne (née en 1955), Kathy (née en 1956), Cindy (née en 1958) et Tara (née en 1961).

Il annula aussi tous ses concerts.

En 1968, Cash, après une tentative de suicide suite à ses problèmes de drogues, va arriver à stopper ces influences néfastes avec l’aide de June Carter et de sa famille.

La mère Maybelle Carter s’installa chez lui pendant un mois pour s'occuper de sa désintoxication.

Le 22 février 1968, soit treize ans après leur première rencontre dans les coulisses du Grand Ole Opry, Johnny Cash demanda à June Carter de l’épouser en live sur la scène du concert au London’s Garden, à London dans l’Ontario au Canada.

Cela se fit pendant l'interprétation commune de leur chanson « Jackson » qui aura le 29 février 1968 suivant le Grammy Awards du meilleur duo.

Ils se marièrent le 1er mars 1968 à Franklin dans le Kentucky.

Le couple aura un fils John Carter Cash, né le 03 mars 1970.

Vers la fin des années 1960, Cash se produisit dans différentes  prisons, concerts qui seront à l’origine des célèbres albums live  « At Folsom Prison » en 1968 et « At San Quentin » en 1969.

Lors d’un concert à la prison de Folsom, Cash interprèta une chanson d’un détenu chanteur Country Glen Sherley.

Le titre « Greystone Chapel » lui fut remis la veille du concert par le pasteur de la prison.

Entre 1969 et 1971, Cash présentait sa propre émission de télévision sur ABC au Ryman Auditorium de Nashville. 

Durant les années 1970, Cash commença à être connu en tant que « The Man in Black » « l'Homme en Noir » suite à sa tenue de scène en noir, austère, qui contrastait nettement avec les costumes bariolés avec chapeau western des autres chanteurs de l’époque. Cette tenue était également la sienne dans la vie privée.

Au milieu des années 1970, la popularité et la vente de disques de Cash commencèrent à décliner. 

En 1975, il publiera son autobiographie intitulée « The Man in Black » qui se vendra à plus de 3 millions d'exemplaires.

Cash sera un familier des présidents américains comme Richard Nixon qu'il rencontra en 1972 à la Maison Blanche.

Il deviendra également par la suite un ami très proche du président Jimmy Carter.

En 1980, Cash sera introduit au Country Music Hall of Fame de Nashville.

Pendant les années 1980, il aura  moins de succès et sa carrière sera au plus bas, suite à des problèmes de santé liés de nouveau à la dépendance aux drogues, mais aussi au niveau des ventes de disques.

Il quittera aussi son label Columbia Records, et ses relations avec le monde de la musique Country de Nashville seront exécrables. 

Il se mettra à parcourir les routes de l’Amérique à bord de son bus, seul ou avec les  « Highwaymen » et amis Willie Nelson, Waylon Jennings et Kris Kristofferson.

Le Quatuor a été formé au milieu des années 80 et sortira deux albums à succès.

En 1986, Cash retourne aux studios Sun de ses débuts pour y enregistrer avec Roy Orbison, Jerry Lee Lewis et Carl Perkins l'album « Class of '55 ».

Johnny Cash a été  introduit au Rock and Roll Hall of Fame, ainsi qu’au Country Music Hall of Fame et au Songwriters Hall of Fame.

Il sera admis à l’hôpital en 1988 suite à des problèmes cardiaques et il subira un double pontage.

Durant les années 1990, Cash perdit encore de son audience sauf auprès d’un public plus jeune car il chantera dans l’album de U2 « Zooropa » en 1993, puis signa avec le label American Recordings de Rick Rubin, plutôt spécialisé dans le Rap et le Metal.

En 1994, il enregistra un album intitulé « American Recordings 1 » dans lequel il interprèta seul, dans sa chambre avec sa guitare, des reprises d’artistes contemporains sélectionnés par Rubin. Avec cet album, il aura le Grammy Award du » Best Contemporary Folk Album ».

Puis il enregistra 5 albums de la série American Recordings.

Le cinquième paraîtra à titre posthume, dans lequel il incluera de nombreuses reprises d’artistes d’horizons très variés, pas  Country, comme Depeche Mode, U2, Leonard Cohen, Nick Cave, Soundgarden ou Nine Inch Nails.

Il reprendra son activité d’acteur avec l’apparition dans la série télévisée « Docteur Quinn, femme médecin » avec June Carter, ainsi que dans le dessin animé « Les Simpsons », dans lequel il prête sa voix à un coyote de l’espace.

En 1997, il publiera une deuxième autobiographie, intitulée « Johnny Cash : the Autobiography ».

Cette même année, les médecins lui diagnostiqueront une maladie neurodégénérative, le syndrome de Shy-Drager ainsi qu’une neuropathie associée au diabète.

L’année suivante, il est hospitalisé pour une pneumonie sévère qui lui endommagera les reins.

Il sera obligé de diminuer ses activités musicales et ses tournées, mais enregistrera tout de même les albums « American III: Solitary Man » en 2000 et « American IV: The Man Comes Around » en 2002, avec une reprise du titre « Hurt » du groupe Nine Inch Nails, ainsi que le titre « Personal Jesus » du groupe Depeche Mode.

Sa femme, June Carter Cash décèdera le 15 mai 2003, à l’âge de 73 ans d’une complication chirurgicale.

Johnny Cash donnera quant à lui son dernier concert le 05 juillet 2003 et décèdera au Baptist Hospital de Nashville à peine  4 mois après son épouse.

Johnny Cash et June Carter seront inhumés près de leur maison, au Memorial Gardens de Hendersonville au Tennessee.

Cash a eu une influence majeure sur la Country Music.

Il a été auteur-compositeur, interprète, musicien et acteur.

Il débuta toujours ses concerts en disant : « Hello, I’m Johnny Cash ». 

 Son genre de musique a été essentiellement la Country, le Rock n’ Roll, le Blues, le Gospel, le Rockabilly, le folk avec des influences significatives de musique traditionelle irlandaise et quelques essais vers d’autres genres hors country.

Il jouait de la guitare, du piano, de l’harmonica et de la mandoline.

Il n’a reçu que 2 Awards pendant toute sa carrière.

Johnny Cash a vendu plus de 90 millions d’albums durant ses cinquante années de carrière.

En 2004, le magazine Rolling Stone a classé Johnny Cash N° 31 des 100 plus grands artistes de tous les temps.

Sa carrière s’étendit de 1955 à 2003.

La Highway 31, qui est la Main Street de Hendersonville au Tennessee, a été rebaptisée « Johnny Cash Parkway » et dans la même ville se trouve le musée Johnny Cash.

 

 

WILLIE  NELSON   

(1933 - )

à voir sa biographie séparée sur ce site dans Country Music Traditionnelle

 

 

 

Photo 20     LORETTA  LYNN         

(1935-  )

Loretta Lynn est incontestablement une des plus grandes chanteuses country des années 1960 et 1970.

Elle est née le 14 avril 1935 à Butcher's Holler dans l'État du Kentucky aux Etats-Unis et elle est le second enfant sur huit.

Sa plus jeune sœur n’est autre que la chanteuse Country Crystal Gayle.

Deux autres des frères et sœurs, Jay Lee et Peggy Sue ont également poursuivi une carrière musicale Country.

Elle est apparentée, du côté de la famille de sa mère, à Patty Loveless (née Patricia Ramey).

Fille du mineur de charbon, magasinier et fermier, Melvin Webb et de Clara Marie Webb née Ramey qui est de déscendance écossaise-irlandaise et indienne Cherokee.

Dès son jeune âge, Loretta a chanté régulièrement dans les églises et dans des concerts locaux.

Loretta s’est mariée  en 1948, à l’âge de 13 ans, avec Oliver Vanetta Lynn pour se libérer de l’industrie minière locale.

Elle suivit son mari dans la communauté forestière de Custer dans l’état de Washington quand elle avait 14 ans.

Le couple a eu six enfants : Betty Sue, Jack Benny, Cissy, Ernest Ray, et les jumelles Peggy et Patsy (en l’honneur de Patsy Cline).

Après son mariage, elle a cessé de chanter en public pour se consacrer à sa vie familiale, mais en transmettant son amour de la musique à ses enfants.

A  24 ans, son mari lui acheta, pour son anniversaire, une guitare sur laquelle elle apprit à jouer pour enregistrer son premier disque l’année d’après.

Leur mariage fut parfois tumultueux car elle était très têtue.

Leur expérience de couple durant 50 ans est ainsi devenue une source d'inspiration pour les chansons de Loretta.

Son mari, Oliver, est décédé en 1996.

Dans son autobiographie de 2002 et dans une interview avec CBS News de la même année, Loretta raconta comment son mari l’avait trompée régulièrement.

Loretta Lynn avait chanté dans des clubs locaux et plus tard avec le band  « The Trailblazers » qui incluait son frère Jay Lee Webb.

Lynn apparut dans un débat télévisé à Tacom  (Washington) dans un concours de jeunes talents organisé par Buck Owens et elle fut remarquée par Norm Burley, l'un des fondateurs de Zero Records.

Celui-ci organisa une session d'enregistrement à Hollywood.

Elle signa un contrat et enregistra quatre de ses propres compositions : « I'm A Honky Tonk Girl », « Whispering Sea », « Heartache Meet Mister Blues » et « New Rainbow ».

Son amitié avec les Wilburn Brothers ainsi que son entrée au Grand Ole Opry en 1960, aidèrent Loretta à être la première et la plus populaire artiste féminine de la Country Music de l’époque après Kitty Wells dans les années 1950.

En 1964, elle chantera un duo avec son idole, Ernest Tubb.

Dans la deuxième moitié de la décennie 1960, même si elle chantait encore le genre Honky Tonk, sa musique était devenue plus personnelle, plus variée et ambitieuse, plus féministe, sans précédent dans la musique country.

On retrouvera Loretta sur le devant de la scène Country de Nashville dans les années 1960 et elle classera en 1967 le premier de ses 16 hits N°1 dans les Billboard Charts, sur les 70 classés en tant qu’artiste solo et en duo.

D’autres singles suivront comme : « Don't Come Home A' Drinkin' (With Lovin' on Your Mind) », « You Ain't Woman Enough », « Fist City », et « Coal Miner's Daughter ».

Ses thèmes de chansons se sont surtout focalisés sur les femmes « en cols bleus », les maris coureurs de jupons et les maîtresses, le contrôle des naissances, les accouchements répétés, le veuvage pendant la guerre du Vietnam.

Les stations de radios ont souvent refusé de passer ses chansons hors normes.

Malgré cela, elle fut connue comme étant « La Première Dame de la Country Music ».

En 1971, Loretta aura un partenariat professionnel avec Conway Twitty et enregistra des duos avec lui dont 5 seront consécutivement classés N°1 entre 1971 et 1975.

Elle aura 7 autres hits classés au Top 10 entre 1976 et 1981.

En 1977, Lynn a enregistré un album en hommage à la chanteuse et amie de la Country-Pop, Patsy Cline, qui décéda dans un accident d'avion en 1963.

L'album comportait certains des plus gros hits de Patsy Cline.
En 1980, son best-seller autobiographique de 1976 a été transformé en un film primé par les Academy Awards « Coal Miner's Daughter » avec Sissy Spacek et Tommy Lee Jones.

Loretta Lynn a aussi joué son prope rôle dans l'épisode N°18 de la deuxième saison de « Shériff fais-moi peur », épisode intitulée « Loretta Lynn a disparu ».

Dans les années 1980, Loretta Lynn continuera d’accumuler de nombreux hits comme « Pregnant Again », « Naked In The Rain » ou « Somebody Led Me Away » et sera la première artiste féminine de la County Music à avoir eu 50 hits au Top 10.

Le 22 Juillet 1984, Jack Benny Lynn, le fils aîné de Loretta, s'est noyé en essayant de passer à gué la Duck River dans le ranch familial à Hurricane Mills au Tennessee. Il était âgé de 34 ans.

Loretta a été introduite dans le Country Music Hall of Fame en 1988.

En 1993, elle se consacra surtout à ses concerts et tournées de promotion.

Elle sortit cette même année un album « Honky Tonk Angels » avec Dolly Parton et Tammy Wynette.

Puis, un box de 3 CD’s verra le jour qui récapitulera sa carrière musicale.

En 1998, les filles jumelles de Loretta avaient formé un groupe  duetiste « The Lynns » et enregistrèrent deux singles de leur premier album et elles furent nominées au CMA Awards en tant que Vocal Duo of the Year.

En 2000, son album intitulé « Still Country » sera le premier à paraître depuis des années.

En 2002, elle publiera sa deuxième autobiographie « Still Woman Enough «  et en  2004 un livre de recettes « You're Cookin' It Country ».

Egalement en  2004 sortira l’album « Van Lear Rose » et fin 2010 l’album « Loretta Lynn: A Tribute to a Coal Miner's Daughter » mettant en vedette des stars comme Reba McEntire, Faith Hill et Carrie Underwood qui co-enregistrèrent les hits de Loretta des 45 dernières années.

La vidéo issue du CD avec la chanson principale « Coal Miner's Daughter » a été enregistrée par Loretta avec Miranda Lambert et  Sheryl Crown.

Loretta Lynn avait acheté  son ranch à Hurricane Mills, Tennessee, une grande maison de  plantation, qui est une des sept plus grandes attractions  du Tennessee, comprenant un studio d’enregistrement, un musée, un restaurant, des hébergements et d’autres attractions.

Elle n’y habite plus et des visites de ce ranch sont possibles.

 

 

Photo 21     KRIS  KRISTOFFERSON     

(1936-  )

Kristoffer « Kris » Kristofferson est né le 22 juin 1936 à Brownsville, au Texas.

Son père Lars Hebry Kristofferson était général dans l’U.S. Army Air Corps (U.S Air Force) et son grand-père fut également officier dans l’armée suédoise. Dés son âge, son père le poussa à faire une carrière militaire.

Après avoir voyagé avec sa famille à travers les States, celle-ci  s’installa à San Mateo dans la baie de San Francisco en Californie où il fréquenta la High School.

En 1954, il sera inscrit au Pomona College où il pratiquera le football et le rugby et se mettra à l’écriture.

Il sera diplômé en 1958 avec un BA, (baccalauréat) summa cum laude en littérature.

Il poursuivit ses études en Angleterre, à l’université d’Oxford. Chris s’interessa à la boxe, mais surtout il commencera à écrire des chansons et aussi à les interprêter.

Avec l’aide d’un manager, Larry Parnes, il enregistra sous le nom de Kris Carson chez Top Rank Records.

Mais cette première partie de sa carrière musicale fut infructueuse.

En 1960, Kris obtiendra un diplôme en littérature anglaise et il se maria avec une ancienne petite amie Fran Beer.

Puis Kris sera incorporé dans l’U.S. Army qu’il quittera plus tard comme capitaine. Il servira d’abord comme pilote d’hélicoptère à Fort Rucker  en Alabama.

Au début des années 1960, il sera stationné en Allemagne de l’Ouest dans la 8ème division d’infanterie.

C’est durant cette période qu’il a repris sa carrière musicale et formé un groupe.

En 1965, à la fin de sa période militaire, on lui a offert un travail  comme professeur de littérature anglaise à West Point.

Mais il en décida autrement et il poursuivit la composition de chansons à titre professionel et s’installa à Nashville.

Il y pratiqua de nombreux petits boulots tout en voulant réussir dans la musique. Il divorça avec sa femme Fran.

Puis il obtint un poste de balayeur dans les studios Columbia à Nashville.

Il y rencontra Johnny Cash qui accepta certaines de ses chansons, mais ne les chanta pas.

Il eut l’opportunité de voir une session d’enregistrement de Bob Dylan dans les studios de Columbia et a tenté de l’approcher.
Il travailla en parallèle en tant que pilote commercial d’hélicoptères pour la société « Hélicoptères Petroleum International » (plateformes de pétrole) basée à Lafayette en Louisiane.

Il écrivit là-bas des chansons dont la célèbre « Me and Bobby McGee ».
En 1967, Kris signa avec Epic Records et sortit son premier single « Golden Idol /Killing Time ».

 Par la suite, les chansons de kris seront dans les charts et feront le succès d’artistes comme Dave Dudle (Viet Nam Blues),  Roy Drusky (Jody et le Kid), Billy Walker (From the Bottle to the Bottom), Ray Stevens (Sunday Mornin 'Comin 'Down ), Jerry Lee Lewis ( Once More With Feeling ) Faron Young (Your Time's Comin), Ray Price (For the Good Times), Waylon Jennings (The Taker), Bobby Bare (Come Sundown), Johnny Cash (Sunday Morning Coming Down), Sammi Smith (Help Me Make It Through the Night), Patti Page (I'd Rather Be Sorry)  et Roger Miller ( Me and Bobby McGee).

Kris enregistra ce dernier morceau en 1970, qui fut un de ses plus grands succès.

En outre, il s’est distingué comme interprète en faisant l’ouverture de Johnny Cash au Newport Folk Festival.

Pendant un incident remarquable, Kristofferson a  atterri inopinément avec son hélicoptère dans la cour de la propriété de Johnny Cash et lui donna quelques bandes sons.

En 1971, Janis Joplin travailla avec Kristofferson pendant un certain temps, jusqu'à sa mort, et elle eut un hit numéro 1 avec "Me and Bobby McGee" à titre posthume.

Kristofferson sortira son 2ème album « The Silver Tongued Devil and I » également en 1971 ; l’album a été un succès.

En 1971, Dennis Hopper engage Kris pour son film : « The Last Movie ». C'est le début de sa carrière cinématographique.

Il jouera dans des films comme : « Pat Garrett and Billy the Kid » (1973), « Bring Me the Head of Alfredo Garcia » « Apportez-moi la tête d'Alfredo Garcia »  (1974).

En 1976 il joua au côté de Barbara Streisand dans « A Star is Born »  (Une étoile est née), « Convoy » en 1978, puis dans « Heaven's Gate » (La Porte du paradis) en 1980.

Ensuite, on le verra à partir de 1979 dans des téléfilms : « Freedom Road » (La route de la liberté), « First Blood » (La Fleur ensanglantée), « The Last days of Frank and Jesse James » (Les derniers jours de Frank et Jesse James), « Stagecoach » (La Diligence de Tombstone) en 1986 avec Willie Nelson, Johnny Cash et Waylon Jennings.

Dans les années 1970, d’autres albums verront le jour comme « Border Lord » , « Jesus Was a Capricorn » , « Full Moon » ou « Spooky Lady's Sideshow ».

Des artistes tels que Ronnie Milsap et Johnny Duncan continuèrent d'enregistrer des chansons de Kristofferson avec beaucoup de succès.

L’album de Willie Nelson de 1979 « Willie Nelson Sings Kris Kristofferson » s'est avéré être une grande réussite.

En mars 1979, Kris Kristofferson avait voyagé à La Havane, à Cuba, pour participer au festival « Havane Jam historique » aux côtés de Rita Coolidge, de Stephen Stills, du jazz CBS All-Stars, du Trio of Doom, de Fania All-stars, de Billy Swan, de Bonnie Bramlett, de Mike Finnegan, de Weather Report, et de Billy Joel ainsi que des artistes cubains.

Au milieu des années 1980, Kris Kristofferson avec Willie Nelson, Waylon Jennings et Johnny Cash ont formé le super groupe « The Highwaymen ».

Leur premier album « Highwayman » fut un énorme succès.

La carrière cinématographique de Kris Kristofferson continua en 1989 dans le film « Millennium » avec Cheryl Ladd.

En 1996, le revoilà avec le film  « Lone Star » de John Sayles.

Puis il joua dans « La Fille d'un soldat ne pleure jamais », il participa à l'action de « Blade » en 1998, à celle de « Payback » en 1999, puis ce sera  « La Planète des singes » dans la version de Tim Burton en 2001.

En 2002, Kris Kristofferson sera dans « Blade II » de Guillermo Del Toro, avant de donner la réplique pour la troisième fois à Wesley Snipes dans « Blade : Trinity ».

Après le succès de « Highwayman 2 » (1990), la carrière solo de Kris s’est atténuée de façon significative dans les années 1990.

L’année 1999 a vu la sortie de l’album « The Sessions Austin » dans lequel Kristofferson avait retravaillé certaines de ses chansons préférées avec l'aide d'artistes tels que Mark Knopfler, Steve Earle et Jackson Browne.

En 2003, un album live « Broken Freedom Song » enregistré à San Francisco verra le jour.

Kristofferson a été introduit au « Nashville Songwriters Hall of Fame » en 1977 et  au « Songwriters Hall of Fame » en 1985.

C’est en 2004 qu’il entra au « Country Music Hall of Fame » de Nashville.

Dans les années 2000, Kris Kristofferson a été très actif, tant au niveau de ses albums qu’avec la collaboration avec d’autres artistes comme Patty Griffin, Randy Owen ou John Mellencamp.

Au cours de sa carrière, Kris a obtenu 48 BMI Country et Pop Awards.

Concernant sa vie personnelle, Kris Kristofferson a été marié trois fois et a eu huit enfants.

En 1960, il se maria avec Frances (Fran) Beer, une petite amie de classe avec laquelle il eut deux enfants. Il divorça en 1969.

Puis il fréquenta Janis Joplin, mais aussi Barbara Streisand et Joan Baez.

Il se remaria avec la chanteuse Rita Coolidge en 1973 et ils eurent un enfant avant de divorcer en 1980.

Puis il se maria à nouveau en 1983 avec Lisa Meyers, avec laquelle il eut cinq enfants.

 

 

Photo 22     MICKEY  GILLEY     

(1936-  )

Mickey Leroy Gilley est né le 09 mars 1936 à Natchez dans le Mississippi.

Il est le cousin du célèbre chanteur de Rock’n’Roll des années 1950, Jerry Lee Lewis.

Mickey Gilley et Jerry Lee Lewis ont grandi à proximité l’un de l’autre.

Gilley vivait juste en face de la rivière Mississippi en Louisiane, où habitait Lewis.

Les deux cousins et un troisième cousin Jimmy Swaggart ont appris à jouer au piano étant enfant.

Ils chantèrent ensemble le Boogie-Woogie et le Gospel.

Fin des années 1950, alors que Jerry Lee Lewis était au sommet des charts, Mickey Gilley a sorti quelques singles et joué quelques sessions à New Orleans avec le producteur Huey Meaux.

Son morceau « Call Me Shorty » s'est très bien vendu.

Dans les années 1960, il a chanté dans de nombreux clubs et bars, pour obtenir un contrat au Nesadel Club à Pasadena au Texas.

En 1967, Paula Records a publié son  premier album «  Down the Line ».

En 1970, Gilley ouvrit son premier club à Pasadena, près de Houston au Texas nommé « Gilley’s Club » et aussi appelé « The World’s Biggest Honky Tonk ».

Une partie du « Gilley’s » a brûlé en 1990 et en 2005 le côté rodéo fut rasé et remplacé par une école.

En 1974, Gilley a enregistré une chanson écrite par Tim Spencer des Sons of The  Pionneers, « Room Full of Roses », qui à l'origine devait être enregistrée pour le fun, et qui a été un succès.

Celle-ci  le fit connaître au niveau national pour atteindre les sommets des Country Music et Pop Music Charts.

Ce titre reste encore de nos jours, une de ses meilleures signatures.

Certaines de ses chansons ont été des reprises de morceaux de Bill Anderson « City Lights », de George Jones « Window Up Above » ou de Sam Cooke «  Bring It On Home ».

Ceci lui permis de rester très populaire dans les années 1970 avec d’autres titres comme « Chains of Love » (1977), « Honky Tonk Memories » (1977), « She's Pulling Me Back Again » (1977) et « Here Comes the Hurt Again » (1978), un mélange de Honky Tonk et de Countrypolitan Music.

Une nouvelle race de chanteurs fit son apparition dans le monde de la Country Music et introduisit les succès Country dans les charts de la Pop Music.

Ces artistes sont entre-autres : Glen Campbell, Crystal Gayle, Olivia Newton-John et Kenny Rogers.

Pour rivaliser avec eux, Gilley a dû virer dans la Country-Pop.

En 1980, Mickey Gilley décida de changer pour un nouveau son afin de mélanger les succès de divers chanteurs Country de l’époque comme Eddie Rabbitt, Juice Newton, Kenny Rogers et Dolly Parton.

Sa carrière a eu un second souffle quand un de ses enregistrements a été retenu comme bande sonore du film « Urban Cowboy ».

La chanson a été le remake Country du morceau Soul « Stand by Me » et s’est hissée au sommet des Country et Pop charts en 1980.

Pas moins de six autres hits N°1 suivirent le succès d’Urban Cowboy.

En 1983, Gilley avait fait un duo « Paradise Tonight » avec Charlie McClain.

Mais son succès commença à fléchir et Mickey avait du mal à rentrer au Top 10 jusqu’en 1986.

« Doo-Wah Days » fut le dernier hit au Top 10 dans les country charts car une nouvelle race de chanteurs Country appelée « Neo-traditionnaliste » fit alors son apparition dans la mouvance de Nashville comme George Strait, Clint Black, Patty Loveless, Reba McEntire ou Randy Travis.

Gilley avait une série de problèmes financiers qui le força à fermer son club de Pasadena au Texas.

En 1988, il signa avec Airborne Records et sortit un album « Chasin’Rainbows ».

Durant sa carrière musicale qui s’étend sur 15 années, Gilley a eu 17 hits N°1 dans les Charts.

Pour sa contribution à l’industrie du disque, Mickey Gilley a obtenu une étoile sur le Hollywood Walk of Fame sur Hollywood Boulevard à Los Angeles.

Il se détourna de Nashville pour Branson dans le Missouri où il fut l’un des premiers à construire un théâtre.

Branson fut à l’époque une cité en plein essor au niveau de  l’industrie de la musique Country.

Le 02 mars 2002, Mickey Gilley, avec ses deux célèbres cousins Jerry Lee  Lewis et Jimmy Swaggart, ont été intronisés au Temple de « Delta Music Museum of Fame » à Ferriday en Louisiane.

Gilley a été marié à Géraldine Garrett qui décéda en 2010 et fut la mère de 3 de ses 4 enfants.

Son épouse actuelle se nomme Vivian.

Sa fille Kathy Gilley suit les traces de son père.

 

 

Photo 23     WAYLON  JENNINGS    

(1937-2002)

Waylon Arnold Jennings est né le 15 juin 1937 à Littlefield au Texas et décéda le 13 février 2002 à l’âge de 64 ans. Il est le fils de William Alvin Jennings, son père, et de Lorene Beatrice Shipley, sa mère. Sa mère lui acheta à l’âge de 8 ans sa première guitare, une Harmony Patrician.

Elle lui apprit patiemment à jouer de la guitare.

Puis Waylon a formé son premier groupe deux ans plus tard.

Waylon a été expulsé de la classe de musique à l'école par manque de talent et il n'a donc jamais appris à lire les notes de musique.

Pendant son travail en tant que DJ, il se lia d'amitié avec  Buddy Holly.

Les deux compères furent inspirés par la musique des Mayfield Brothers du West Texas : Smokey Mayfield, Herbert Mayfield et Edd Mayfield.

A l’âge de 21 ans, Jennings a joué de la basse dans le nouveau groupe de Buddy Holly et fit une tournée à travers le Midwest au début de 1959.

Holly avait aussi fait appel au guitariste Tommy Allsup et au batteur Carl ‘Goose’ Bunch pour le « Winter Dance Party » tour.

Le 03 février 1959, l’avion qui transportait Buddy Holly, Ritchie Valens et J. P. ‘The Big Bopper’ Richardson ainsi que le pilote Roger Peterson s’écrasa près de Clear Lake dans l’Iowa.

 Dans son autobiographie de 1996, Waylon Jennings a écrit qu’il se sentait coupable de l'accident.

En effet, Jennings préférait partir en bus au lieu de prendre l’avion, compte tenu des mauvaises conditions météologiques.

Il quitta donc son siège d’avion et Holly lui dit en plaisantant

« J'espère que votre bus de tournée gèlera », 

Jennings lui rétorqua en plaisantant: « Eh bien, j'espère que votre avion s'écrasera ».

Cette  déclaration hanta Jennings pendant des décennies.

Après quelques années d’inactivité, Waylon quitta le Texas pour l’Arizona où il travailla pour une radio et il se mit à enregistrer à Phoenix notamment « Four Strong Winds » et « Just To Satisfy You ».

Il joua dans un nouveau night-club appelé JD, puis signa un contrat avec A&M Records.

Il a également enregistré un album du nom de  « JD » avec le label MTD.

Il a vendu  500 exemplaires au night-club, puis 500 autres copies sont sorties sous le label Sounds.

En 1964, il joua la lead guitare pour la chanteuse Patsy Montana sur un album enregistré en Arizona.

Duane Eddy et Bobby Bare ont recommandé Waylon au producteur Chet Atkins qui lui fit signer un contrat chez RCA Victor.

Puis en 1965, Jennings déménagea à Nashville au Tennessee.

Il avait l’habitude de jouer et d’enregistrer avec son propre groupe « The Waymores ».

Par la suite, il se sentait limité et frustré  par le Nashville Sound en vigueur dans l’industrie de la Country Music des années 1960.

En 1972, il lutta contre une hépatite qui l’a presque emporté.

Cette année-là, Jennings rencontra Willie Nelson et ils devinrent amis.

Il a re-négocié son contrat d’enregistrements et de tournées avec Neil Reshen qui devint également directeur artistique de Willie Nelson.

Waylon était épris d’une certaine liberté et de créativité pour chanter, ce qu’il aimait.

De ce fait, en 1972, la RCA lui fit enregistrer un album « Ladies Love Outlaws » qu’il refusa de publier.

Reshen lui avait conseillé de garder la barbe qu'il avait laissée pousser à l'hôpital afin de cultiver une image plus Rock’n Roll.

En 1973, Jennings enregistra les albums  « Lonesome, On'ry and Mean» et « Honky Tonk Heroes » qui eurent une énorme réussite commerciale et une bonne critique.

D’autres albums à succès suivirent comme « The Ramblin' Man » et « This Time » en 1974, ainsi que  « Dreaming My Dreams » en  1975, puis  « Are You Ready for the Country? » en 1976.

Egalement en 1976, Jennings commença sa collaboration avec Willie Nelson avec l'album de compilations  « Wanted: The Outlaws », son premier album platinium.

L'année suivante, la RCA publia « Ol 'Waylon », un album qui a généré  l’énorme succès Country-Pop en duo avec Willie Nelson

«  Luckenbach, Texas » .

L'album « Waylon and Willie » sortit en 1978 et sera suivi d'un « Greatest Hits » l'année suivante.

En dehors de la musique, Jennings avait d’autres activités en étant narateur et chanteur de ballades dans la série télévisée « The Dukes of Hazzard » et  le film « Moonrunners » en 1975.

La chanson thème « Good Ol 'Boys », une composition de Jennings, est l'un des thèmes les plus connus de l’histoire de la télévision américaine.

En 1985, il apparaissait comme camionneur dans différentes séries télévisées et dans des films tels que « Sesame Street Presents Follow That Bird ».

Jennings a également été membre de  l’action « USA for Africa » et participa à l’enregistrement de "We Are the World», mais comme il était très capricieux, il quitta le studio en raison d'un différent sur les paroles de la chanson.

En 1976, comme le guitariste de Johnny Cash était tombé malade lors d'une tournée au Canada, Waylon le remplaça gratuitement.

Au début des années 1980, Waylon était complétement dépendant à la cocaïne, ce qui entraina une faillite personnelle de ses finances.

Mais il tenait à rembourser ses dettes en faisant des tournées supplémentaires.

Son travail devint moins concentré suite à ses nombreux excès.

Il décida donc de faire une cure de désintoxication avec l’intention, par la suite, d’utiliser la cocaïne à faible dose.

En 1984, il veut mettre fin définitivement à son addiction, qu’il mémorisa plus tard dans la chanson « Working Without A Net » de son album de 1985 « Will The Wolf Survive ».

Sa vie a été plus tard parsemée de problèmes de santé, notamment par une crise cardiaque suivie d’un pontage.

Le diabète s'est installé suite à l’arrêt de son addiction à la cocaïne.

Jennings a tout de même continué d'enregistrer et de faire des tournées dans les années 1980 et 1990 et ceci jusqu’à sa mort.

Au milieu des années 1980, Waylon Jennings, Johnny Cash, Kris Kristofferson et Willie Nelson ont formé un groupe appelé « The Highwaymen » et eurent un grand succès.

Au début des années 1990, Jennings est devenu très ami avec les membres du groupe de Hard Rock « Metallica », notamment du chanteur James Hetfield qu’il avait influencé pour certaines chansons de leur album « Load » de 1996.

En 1993, en collaboration avec « Rincom Children's Entertainment », Jennings a enregistré un album de chansons pour enfants « Cowboys, Sisters, Rascals and Dirt ».

En 1998, Jennings a fait équipe avec Bobby Bare, Jerry Reed et Mel Tillis pour former le groupe « The Old Dogs ».

Le groupe a enregistré un double album  « Old Dogs, Volumes 1 et 2 », chansons écrites par Shel Silverstein.

Ce double album  fut suivi par une vidéo, ainsi que par un album « Greatest Hits » comprenant des chansons de  chaque artiste individuellement.

Au milieu de 1999, Jennings a réuni et formé le groupe « Waylon & The Waymore Blues Band » composé essentiellement de son ancien band, les « Waylors ».

Entre 1999 et 2001 ce groupe, composé de 13 membres, avait donné un nombre très limité de concerts.

En janvier 2000, il a réalisé un enregistrement live au Ryman Auditorium à Nashville.

Cet album « Never Say Die: Live » de 14 titres est sorti en octobre 2000 et sera son dernier.

Durant ce concert et malgré la maladie, il avait la même fougue  sur scène que dans les années 1970. 

En 2001, Waylon a prêté sa voix dans un épisode « To Love and Die in Dixie » de la parodie télévisée de « Dukes of Hazzard ».

C’est en octobre 2001 que Waylon Jennings a étté intronisé au

Country Music Hall of Fame.

Jennings en tant que chanteur, songwriter et guitariste avait enregistré 60 albums et avait 16 hits country singles  No. 1 durant sa carrière pendant les 5 décennies.

Il effectua  son dernier concert à la  fin de l’automne 2001. L’aggravation de son diabète lui a valu l’amputation de son pied gauche suite à une infection, le 19 décembre 2001, dans un hôpital de Phoenix, en Arizona.

Le 13 Février 2002, Waylon Jennings est décédé dans son sommeil d’une complication diabétique, à Chandler en Arizona, et il fut enterré dans le cimetière de la ville de Mesa  en Arizona.

Au niveau de sa vie personnelle, Waylon était marié une pemière fois avec Maxine Lawrence en 1956 et le couple eut 3 enfants.

Son second mariage était avec Lynne Jones entre 1962 et 1967.

Il s'est marié pour la troisième fois avec  Barbara Rood.

Puis il  se remaria pour la quatrième et dernière fois à Jessi Colter en 1969.

Jessi Colter, connue en tant que Miriam Eddy, avait été mariée au guitariste de légende Duane Eddy.

Avec l'aide de Jennings, Jessi Colter est devenue chanteuse Country à part entière pour une brève période pendant les années 1970 et elle fut connue en 1975 pour sa chanson Country-Pop « I'm Not Lisa ».

Waylon et Jessi eurent un fils en mai 1979, Waylon Jennings Albright, mieux connu sous le nom de « Shooter ».

Il joua le rôle de son père Waylon dans le film de la vie de Johnny Cash « Walk the Line » en 2005.

Shooter Jennings continue à chanter de la Country Music un peu particulière.

 

 

Photo 24     TAMMY  WYNETTE     

(1942-1998)  

« The First Lady of Country Music »

Tammy Wynette, de son vrai nom Virginia ‘Wynette’ Pugh, est née le 5 mai 1942 près de Tremont dans le comté d'Itawamba dans l’état du Mississippi.

On la surnommait Wynette ou Nettie.

Elle a été la fille unique de William Hollice Pugh, son père, et de Mildred Faye Russell, sa mère.

Son père était fermier et aussi musicien. Il mourut d'une tumeur au cerveau quand Wynette avait neuf mois.

Sa mère travaillait comme professeur d'école remplaçante ainsi que dans la ferme familiale.

Après la mort de son père, Tammy a été élevée et confiée par sa mère à ses grands-parents maternels, Thomas Chester et Flora Russell qui vivaient dans le Mississippi en bordure de l’Alabama.

Dans sa jeunesse, elle travailla à la cueillette du coton dans les propriétés aux alentours.

Elle grandit avec sa tante Carolyn Russell qui n'avait que cinq ans de plus qu'elle.

Wynette apprit à jouer de divers instruments laissés par son père, ce qui lui permit de s’évader de sa vie plutôt difficile.

Elle rêvait d’être une star comme ses idôles : Hank Williams, Skeeter Davis, Patsy Cline et George Jones.

Elle fréqueta la Tremont High School et y joua au basket-ball.

Un mois avant l'obtention de son diplôme, elle épousa son premier mari : Euple Byrd.

Elle occupa différents emplois notamment  comme serveuse, réceptionniste et elle a également travaillé dans une fabrique de chaussures.

En 1963, elle a fréquenté une « école de beauté » à Tupelo dans le  Mississippi et avait obtenu un diplôme d’estétitienne.

Elle  quitta son premier mari avant la naissance de leur troisième fille.

Elle n’avait pas supporté l’ambition de ce dernier de devenir un chanteur country !

Alors que son bébé avait développé une méningite cérébro-spinale, mais surtout aussi pour élever correctement ses trois enfants, Wynette se mit à chanter dans des clubs locaux pour obtenir un revenu complémentaire.

En 1965, elle chanta dans un Show Country sur WBRC-TV à Birmingham, en Alabama.

En 1966, elle s'installa avec ses trois filles à Nashville au Tennessee, où elle chercha à obtenir un contrat d'enregistrement.

Toutes les maisons de disques  qu'elle rencontra avaient refusé sa demande.

Puis elle  auditionna pour le producteur Billy Sherrill qui fut impressionné par sa prestation et décida de lui faire signer un contrat avec Epic Records.

En décembre 1966 sortira son premier single « Apartment No. 9 (co-écrit par Bobby Austin et Johnny Paycheck)

Puis suivi la chanson « Your Good Girl's Gonna Go Bad » qui sera classée à la 3ème place dans les Charts, et un duo avec David Houston « My Elusive Dreams » qui fut son premier hit N°1.

En 1967, elle gagna un Grammy Award en tant que « Best Female Country Vocal Performance » avec « I Don't Wanna Play House ».

En 1968 et 1969, Wynette avait obtenu 5 Hits N°1 avec « Take me to Your World», « D-I-V-O-R-C-E », «Stand by Your Man » «Singing My Song» et «The Waus To Love A Man ».

Egalement en 1968, sa chanson « Stand By Your Man » deviendra N°1 dans les Charts country et Pop aux Etats-Unis et au niveau international.

Ce « classique » fut l’un des singles les plus vendu par une artiste féminine de l’histoire de la Country Music et sera disque d’Or et disque Platine en 1970.

La chanson aurait été écrite dans le studio Epic en seulement 15 minutes par Billy Sherrill et Tammy Wynette.

Elle sortit à un moment où le mouvement des droits des femmes a commencé à envahir les Etats-Unis.

Le thème de la chanson dit que la femme doit rester avec son homme, malgré ses défauts et ses faiblesses.

Elle se maria avec George Jones en 1969.

Le couple de la Country Music a suivi celui non moins célèbre de June Carter et de Johnny Cash.

Dans les années 1970, Tammy et George ont enregistré une série de singles et d’albums en duo comme « The Ceremony » en 1972, « We're Gonna Hold On » en 1973 et « Golden Ring » en 1975, parallèlement à leurs hits en solo respectifs.

Mais le couple se fissura et ils divorceront en 1975, surtout à cause de l’alcoolisme de Jones.

Mais ils continuèrent d’avoir des relations professionnelles régulières durant les années 1980 et ils feront même des années plus tard, en 1995, un album de retrouvailles intitulé « One ».
George Jones et Tammy Wynette auront une fille Tamala Georgette, née en 1970.

Pas mal des chansons de Wynette avaient pour thème la solitude, le divorce et les difficultés des relations entre hommes et femmes.

Tammy a dominé les Charts de la Country Music avec 21 hits N°1 (17 en solo, 3 avec Jones et 1 avec Houston).
Elle fut, avec Loretta Lynn, Dolly Parton, Barbara Mandrell, Dottie West et Lynn Anderson, l’une des stars féminines principales des années 1970.

En 1978, elle affirma qu’elle a été enlevée dans un centre commercial et qu’elle fut violemment battue.

Mais aucune preuve n’existait d’un pareil incident et le doute persista.

Beaucoup de ses chansons ont fait partie du répertoire Pop.

En 1979, elle chantera un duo avec Kenny Rogers et Dottie West qui sera classé à la 3ème place dans les Country Singles Charts.

En 1981, un téléfim basé sur ses mémoires « Stand By Your Man » et sa vie, a été diffusé avec dans le rôle de Tammy, l’actrice

Annette O'Toole.

En 1982, elle enregistra avec The Conniff Ray Singers, une interprétation de « Dawn Delta » qui fera partie de l'album des duos de Conniff « The Nashville Connection ». 

Mais finalement le disque ne verra pas le jour.

Pendant cette période, elle aura des problèmes de santé au niveau de la vésicule biliaire.

En 1987, son album « Higher Ground » n’a pas obtenu le succès escompté parmi la critique et les ventes.

L’album comportait la participation de Vince Gill, Ricky Van Shelton, Rodney Crowell, Ricky Skaggs, Emmylou Harris et The O'Kanes.

Mais deux des singles de l’album atteignirent tout de même le Top 20 des Charts Américains.

En 1988, elle a été déclarée en faillite personnelle à la suite d'un mauvais investissement dans deux centres commerciaux en Floride.

Fin 1991, Wynette enregistra une chanson « Justified and Ancient (Stand by the JAMs) »  avec le groupe britanique « The KLF » qui sera N° 1, l’année suivante dans 18 pays et N°11 dans le Billboard Hot 100 aux Etats-Unis.

En 1990, l’album « Heart Over Mind » avait démontré que la popularité de Wynette avait chuté à la radio.

Cet album n’avait généré aucun  Country Hit au Top 40, bien que de nombreux singles avaient été publiés entre 1990 et 1991 dont un duo avec Randy travis « We're Strangers Again ».

En 1992, la future première dame des Etats-Unis, Hillary Clinton, avait fait une déclaration lors d'une interview, citant la chanson de Tammy Wynette « Stand By Your Man »  qui était plutôt ambigüe et prêtait à confusion.

Ceci avait déclenché une montagne de controverses et Wynette avait exigé et obtenu des excuses de Mme Clinton.

En 1993, Wynette a enregistré pour la première fois avec Dolly Parton et Loretta Lynn dans son album « Honky Tonk Angels ».

Mais celui-ci n’a pas produit de hits classés dans les Charts car déjà à l’époque les radios Country traditionnelles avaient depuis longtemps arrêté de passer les artistes approchant ou dépassant la cinquantaine.

En 1994, elle sortit « Without Walls », un ensemble de duos avec des artistes de la Country, de la Pop et du Rock’n Roll comme Wynonna Judd, Elton John, Lyle Lovett, Aaron Neville, Smokey Robinson, Sting et d’autres.

Mis à part dans le domaine musical, cette même année, on a pu la voir à la télévision lors de l’émission de la « Roue de la Fortune ». Courant des années 1990, elle conçut et vendit sa propre collection de bijoux.

En 1995, Tammy Wynette et George Jones enregistrèrent leur premier nouveau duo depuis 15 ans, intitulé « One ».

La vidéo du single fut la première faite en commun.

Leur dernier concert eut lieu en 1997 au Lanierland Music Park.

Elle enregistra une reprise des Beach Boys « In My Room », un duo avec Brian Wilson pour leur album comeback de 1996.

Sa vie prvée a été très tumultueuse car elle avait 5 maris :

Euple Byrd (mariée en 1959–divorcée en 1966) avec 3 enfants;

Don Chapel (mariée en 1967–annulé en 1968);

George Jones (mariée en  1969–divorcée 1975) avec 1 enfant; Michael Tomlin (mariée en 1976–annulé en  1976) ;

George Richey (mariée en 1978–jusqu’à sa mort en1998).

Entre milieu et fin des années 1970, elle eut des avantures avec l’acteur Burt Reynolds et le mucisien Rudy Gatlin

Après des années de maladie, de nombreuses hospitalisations dont  26 opérations majeures et une addiction à grandes doses aux médicaments, Tammy Wynette est morte pendant son sommeil le 06 avril 1998 à l’âge de 55 ans.

En 2011, l’enregistrement original de « Stand By Your Man » a été sélectionné pour être préservé par la bibliothèque du Congrès américain comme étant l’un des 25 enregistrements de cette année-là choisi pour son importance culturelle.

 

 

 

THE END 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 09/08/2016