JUDGE ROY BEAN - LANGTRY - TEXAS

                                                ARTICLE & PHOTOS DE  ROLAND ROTH

                                             

 P1140606  Photo 6 Photo 5

 

Voici un résumé de l’histoire passionnante d’un aventurier du Southwest et du Texas en particulier, haut en couleur, ayant vécu au 19ème siècle :

                                             

    Le juge  ROY BEAN     Photo 88

 

Phantly Roy Bean Jr. est né en 1825 ( peut-être en 1923 ?)  dans la Mason County au Kentucky et décéda le 16 mars 1903 à Langtry dans le Val Verde County au Texas.

Roy Bean exerçait comme juge dans son saloon de Langtry, pas loin du Rio Grande, dans le désert du Chihuahua, dans le sud du Texas.

C’était un personnage excentrique, hors du commun, un aventurier, truand et mauvais garçon peu ordinaire avant d’être un juge arbitraire, un peu spécial, certes, mais juste et humain.

 

Il se nommait lui-même « La Loi à l'Ouest du Pecos ».

Photo 10 Photo 1418 Photo 77

Mais commençons par le début de l’histoire !

 

Il était le fils de Phantly Roy Bean Sr. (1804-1844) et de Anna Henderson Gore.

La famille fut extrêmement pauvre.

Ses grands-parents étaient originaires de la Virginie.

Son grand-père paternel était Benjamin Bean et sa grand-mère Fernetta Johnston.

A l’âge de 16 ans, Bean quitta la maison paternelle à la recherche d’aventure dans l’Ouest et s’installa sur un bateau à fond plat à New Orleans en Louisiane.

Après des troubles qui ont éclaté à NO, Bean s’en alla pour San Antonio au Texas rejoindre son frère aîné Samuel « Sam ».

Celui-ci avait quitté le premier la famille et partit tout d’abord pour Independence au Missouri, puis à Santa Fe au Nouveau- Mexique et ensuite à Chihuahua au Mexique.

Après avoir participé à la guerre américano-mexicaine, il s’installa à San Antonio au Texas, c’est justement là que le rejoignit son frère Roy.

En 1848, les deux frères ouvrirent un Trading Post dans l’état mexicain de Chihuahua.

Peu après, Roy a abattu un desperado mexicain local.

Accusé de meurtre par les autorités mexicaines, Roy et Sam s’enfouirent à l’ouest de Sonora.

 

Photo 8 Photo 7 Photo 11

Au printemps 1848, Roy rejoignit son autre frère Joshua à San Diego en Californie. Ce dernier a été élu l’année suivante comme premier maire de la ville de San Diego.

 

Un Ecossais du nom de Collins a provoqué  Roy en duel au pistolet qui eut lieu le 24 février 1852 et dont l’issue était une blessure au bras droit de Collins.

Les deux hommes furent arrêtés et accusés d’intention de meurtre. Pendant les deux mois de prison, Roy a été inondé de cadeaux et de fleurs, de nourriture, de vin et de cigares de la part de quelques ladies de San Diego.

Son dernier cadeau contenait un couteau dans un tamales qu’il utilisa pour desceller les barreaux du mur de sa cellule.

Il s’évada le 17 avril et rejoignit San Gabriel toujours en Californie où il  travailla comme barman dans le saloon de son frère « The Headquarters ».

Après le meurtre se celui-ci en novembre, Roy hérita du saloon.

 Photo 12        Photo 1390        Photo 104

En 1854, Roy courtisait une jeune femme qui fut par la suite kidnappée et forcée au mariage par un officier Mexicain.

Bean le provoqua en duel et le tua.

Les amis de ce dernier s’emparèrent de Bean pour le pendre.

Il fut sauvé d’extrême justesse et uniquement parce que la corde de mauvaise qualité s’allongea et ses pieds touchèrent le sol et qu’un homme caché derrière les arbres coupa celle-ci.

Roy restera pour toujours marqué par la brûlure de la corde dans son cou et sa nuque restera raide.

Suite à cela, Roy quitta la Californie pour le Nouveau-Mexique afin de  vivre chez Sam, qui entre-temps était devenu sheriff de la Dona Ana County.

En 1861, Sam et Roy ouvrirent un magasin de marchandise et saloon à Pinos Altos au nord de Silver City.

Un canon  était exposé dans le magasin qui servit par la suite à repousser les assauts des Indien apaches contre la ville.

Photo 1403 Photo 1396 Photo 1362

Puis Roy s’installa au Texas.

Pendant la guerre de Sécession, il fit de la contrebande d’armes du Mexique au profit des états confédérés, contournant le blocus de l’union.

Vers la fin de la guerre, il contourna toujours le blocus en transportant du coton de San Antonio sur les bateaux Anglais sur la côte de Matamoros et s’en retourna avec des fournitures et équipements.

 

En 1866, il se maria avec une jeune femme de 18 ans, Maria Anastacia Virginia Chavez (1845-1922).

Le couple s’établit à San Antonio au Texas et malgré une vie familiale tumultueuse, ils eurent 4 enfants :

Roy Bean né en 1869, Laura Bean née 1871, Zulema Bean  née en 1873 et Sam Bean né en 1875. En plus, il adopta un fils : John Bean.

                 Photo 13 Sa femme Maria Anastacia Virginia, Roy et ses enfants

 

La famille vivait dans un misérable taudis mexicain dans les faubourgs de San Antonio, qu’on appela « Beanville ».

Durant les 20 années suivantes Roy continuera de vivre à San Antonio, travailla officiellement comme camionneur mais  trempa dans toutes sortes de trafics illégaux et vivra de larcins et d’emplois temporaires.

Il fera commerce de bois de chauffage volé aux voisins, puis il vendait du lait qu’il mélangea avec de l’eau, ensuite il a été boucher.

Il s’adonna au vol de bétail non marqué dans les ranchs avoisinants.

Fin des années 1870, Bean exploitait un saloon à Beanville. Différentes compagnies de chemins de fer recrutèrent du monde pour la construction d’une voie ferrée vers l’ouest, entre San Antonio et El Paso.

En 1882, Roy quitta sa femme et plaça ses enfants chez des amis et s’enfuit de San Antonio pour aller vendre du Whiskey aux travailleurs du chemin de fer, dans une tente, qu’il déplaçait tout au long de la construction.

Roy Bean faisait du trafic de chevaux volés. Avec les gains de ce trafic, il acheta des fournitures et une tente et 10 barils de Whiskey.

 

Photo 14 Photo 96 Photo 100

Au printemps 1882, il ouvrit un petit saloon près de la Pecos River et du Rio  Grande, dans un village de tente nommé Vinegaroon, et dans lequel il distillait son propre whiskey.

A côté, vivaient les 8 000 travailleurs des chantiers ferroviaires de la Southern Pacific Railroad ainsi que des gens de toutes sortes comme des joueurs professionnels, des prostituées, des charlatans, des voyous et autre malfras. 

Les bagarres étaient quotidiennes, les meurtres restaient impunis et le désordre régnait dans le coin.

Le prochain tribunal se trouvait à 320 km, à Fort Stockton, et n’avait pas les moyens pour arrêter les activités illégales.

Roy avait un talent naturel et une manière à lui pour trouver des arrangements après les bagarres de ses clients dans son saloon.

Un Texas Ranger a demandé qu’il soit installé à Vinegaroon une juridiction locale.

Le 2 août 1882, Bean a été nommé officiellement par l’état du Texas, contre une caution de 1000 dollars, juge de paix pour le nouveau district de Pecos County.

Les Texas Rangers  lui amenèrent son premier cas de jugement le 25 juillet 1882, un certain Joe Bell.

Le nouveau « Judge Bean » s’autoproclama « La Loi à l'Ouest du Pecos ».

Il connaissait parfaitement les termes et le vocabulaire judiciaire compte tenu de son passé de truand qui  lui faisant fréquenter régulièrement les tribunaux, mais du côté des accusés.

Photo 107        Photo 106        Photo 103

Photo 105 Photo 101 Photo 93

En tant que juge, Bean devait se référer au seul code pénal disponible, une édition de 1879 de « Revised Statutes of Texas ».

Mais il n’avait que faire d’un bouquin et rendit la justice avec le bon sens qui le caractérisait.

Bean était connu pour ses décisions inhabituelles.

Son saloon servait aussi bien de débit de boisson et de tribunal.

 

En décembre 1882, le chantier de Vinegaroon se termina et la construction du chemin de fer émigra sur d’autres territoires de l’ouest.

Bean étant au chômage dans son saloon et tribunal, il décida d’installer à 110 km, dans la petite ville de Strawbridge.

Photo 89 Photo 81Photo 90

 

Après des déboires avec un concurrent installé dans le village, il quittera les lieux pour Eagle’s Nest, à 32 km à l’ouest de la  Pecos River.

Le fondateur du village et propriétaire des terrains avait fait cadeau de ceux-ci à la compagnie ferroviaire qui devait y installer une gare.

Mais comme celle-ci était partie ailleurs, le terrain restait inoccupé et Bean le squatta illégalement pendant 20 ans.

 

C’était un terrain de 2,59 Km2 sur lequel se trouvait un saloon qu’il nomma « The Jersey Lilly » en l’honneur de Lillie Langtry.

 

Quelques mots sur cette « Emilie » Lillie Langtry qui était l’amour platonique de sa vie, mais qu’il n’a jamais rencontré personnellement.

Il avait un portrait de Lillie, qu’il  admirait plus que tout, accroché dans son saloon au-dessus du bar.

 

Cette actrice anglaise qui fut la maîtresse du roi d’Angleterre Edouard VII, était très célèbre sur le continent nord américain et  était connue pour sa beauté.

Photo 85         Photo 82         Photo 83

                                              Lillie Langtry                                                 Lillie Langtry

                                            

Le village a même été rebaptisé de son nom : Langtry.

Roy Bean ayant devancé le fondateur de la ville un certain Torres, qui aurait voulu l’appeler de son nom.

Bean écrivit à l’actrice pour lui annoncer cela.

Elle faisait connaître son intention d’offrir à Langtry une fontaine.

Mais Bean lui répondit que les habitants de Langtry ne buvaient pas d’eau mais que de la bière et du whiskey.

 

 

Il aurait pu avoir une occasion de la rencontrer quand elle était en représentation à San Antonio.

Roy était assis au premier rang pour voir son spectacle mais trop timide, il n’osa pas lui adresser la parole.

C’était plutôt bizarre pour un homme comme lui !

 

Bean a fait construire à quelques pas de son saloon, un local en bois qu’il appellera son opéra, avec l’espoir que la belle viendra y pratiquer son art.

Photo 141 Photo 143 Photo 140

                 l’Opera House

 

Roy  utilisait sa propre méthode pour condamner ses prévenus.

Sa devise était : « pendez-les d'abord, jugez-les plus tard ».

Roy Bean est connu pour n’avoir condamné que deux hommes à la pendaison dont un  a réussit à s’échapper et l’autre n’a pas été pendu.

Pour un vol de cheval, dans les autres juridictions, c’était la peine de mort.

Mais pour Bean, il suffisait de rendre le cheval pour être acquitté.  

 

Pour les petits délinquants la peine consistait le plus souvent à admirer Lillie, son actrice préférée, et de consommer le coût de l’amende à son bar.

Il ne rendait jamais la monnaie des consommations.

Langtry n’avait pas de prison et les peines étaient toujours basées sur les amendes à lui verser par les condamnés.

 

La peine était calculée par Bean en fonction de l’argent en espèce que possédait le condamné, ceci pour le dépouiller.

De toute manière, Bean refusait de verser à l’état du Texas les amendes encaissées.

Bean  possédait un ours brun nommé Bruno comme animal de compagnie pour intimider les accusés.

 

L’ours a été dressé pour ouvrir lui-même les bouteilles de bière avec ses dents, bouteilles qu’il recevait en récompense de son travail d’intimidation, et qu’il savourerait tranquillement.

 

Une petite histoire : un jour, la femme d'un paysan mexicain venait se plaindre à Roy comme quoi son mari n'a pas dessaoulé depuis plusieurs jours et il ne voulait plus revenir à la maison. Alors Bean demande que l’on chercha cet homme. Mais il a été tellement ivre qu'il n'arrivait même plus à répondre à ses questions. Bean avait fait enchaîner le Mexicain par le poignet à un poteau en face du saloon. Puis, avec une courte chaîne, il y a fait attacher également son ours, Bruno au poteau. Brusquement, le mexicain s’est réveillé lorsque l'ours lui a tapé dans le dos. Au bout d’une trentaine de minutes plus tard, la frousse aidant, l'homme était en état de comparaître devant le juge Bean !

Le Juge prononça immédiatement le divorce : la femme garderait les biens ; l'homme avait un quart d'heure pour quitter Langtry.

 Photo 136 Photo 133 Photo 114

 

 

Bean  fut toujours réélu à son poste de juge entre 1884 et sa mort et ne connut qu’une seule défaite aux élections durant une année en 1886.

 

Roy avait fait venir ses quatre enfants à Langtry qu’il élevait dans son petit saloon.

Ayant reçue une bonne éducation, ses deux filles ont fait de bons mariages.

 

En 1890, Bean eu vent que Jay Gould devait passer à Langtry avec son train spécial.

Gould était un homme d’affaire et financier important de New York et propriétaire des compagnies de chemin de fer comme Erie Railroad, Union Pacific et Missouri Pacific Railroad et de la Westren Union Telegraph Company.

Bean arrêta le train avec un signal de danger en pensant que le pont était détruit et le mécanicien arrêta le train.

Bean invita Gould et sa fille à visiter son saloon pendant deux heures.

Ceci a causé un début de panique au « New York Stock Exchange »  quand la rumeur circulait que Gould était mort dans un accident de train.

 

 

Bean avait organisé en 1896, un championnat de boxe, entre Bob Fitzsimmons and Peter Maher, d’une durée de 1 min 35, interdit au Texas, à quelques kilomètres au-delà du Rio Grande, au Mexique.

Ayant commis ce délit en dehors de la juridiction de l’état américain, il n’a pas pu être inquiété par la justice.

Photo 122 Photo 108 Photo 116 

Etant âgé, Bean donna pas mal d’argent pris sur ses gains, aux pauvres de la région et offrit à l’école le bois de chauffage nécessaire pour l’hiver.

 

 

Roy Bean décéda dans son lit au saloon à Langtry le16 mars 1903, à l’âge de 80 ans suite à des problèmes pulmonaires et cardiaques.

Il a été inhumé au Whitehead Museum à Del Rio au Texas.

 

Lillie Langtry connaissait ce personnage extravagant qui l’admirait et avait eu une correspondance éphémère avec lui.

Lors d’une de ses tournées de spectacles au Texas, elle est venue à Langtry.

Un comité d’accueil l’attendait avec des fleurs, mais Roy Bean était absent.

En effet il était mort quelques mois auparavant.

Ses proches offrirent à Lillie le vieux colt du juge, ainsi que son ours qui eut la bonne idée de s’enfuir au moment de le mettre dans le wagon du train, au grand soulagement de la dame Lillie !

      Photo 1290                 Photo 75

Lillie Langtry raconta certains passages de l’histoire dans son autobiographie.

 

Plus d’un siècle plus tard, le saloon de Langtry reconstruit par trois fois suite à des incendies ou des agrandissements, est toujours  balayées par le vent du désert du Chihuahua près des hautes falaises bordants le Rio Grande et le tribunal le plus proche est toujours à plus de 75 km de là.

 

 

                       FILMS & BIBLIOGRAPHIE

De nombreux films, livres et  séries de télévision ont été réalisés sur le Juge Bean, dont voici les principaux :

 

1940 : Le Cavalier du désert (The Westerner) de William Wyler, avec Walter Brennan (Roy Bean) et Gary Cooper.

 

1971 : Le Juge de Jean Girault, avec Pierre Perret (Roy Bean) et Robert Hossein.

 

1972 : Juge et hors-la-loi de John Huston, avec Paul Newman (Roy Bean), Jacqueline Bisset, Ava Gardner et Victoria Principal.

 

1972 : The Life and Times of Judge Roy Bean est une version de fiction avec dans le rôle du juge Paul Newman.

 

1991 : Judge Roy Bean : une série de télévision :

The Gambler : Luck of The Draw avec Kenny Rodger et Reba McEntire.

 

1995 : Streets of Laredo -  Une fiction ou le juge Roy Bean est interprété par Ned Beatty et tué par un bandit mexicain.

 

1959 : Roy Bean apparaît dans l'album : Le Juge de Lucky Luke de Morris et Goscinny ou on peut aussi voir son ours Bruno.

 

La vie quotidienne au Far-West (1860-1890) de  Claude Fohlen.

 

Edgar Buchanan (1903–1979) a donné un portrait de Roy Bean dans une série télévisée, version fiction en 1956 intitulée « Judge Roy Bean »

                 

On retrouve aussi Roy Bean dans un des épisodes de la jeunesse de Picsou : La Prisonnière de la vallée de l'Agonie Blanche

        

Au Six Flags à Arlington entre Dallas et Fort Worth au Texas, il y a une attraction se nommant «  Judge Roy Scream ».     

 

 

 

 

                             THE END

       

Date de dernière mise à jour : 07/02/2016