LOUISIANE 2/2

                                          ARTICLE & PHOTOS DE ROLAND ROTH 

                                      

 

P1160226 2 133 15

                                                               DEUXIEME  PARTIE

 

 
 
            SES FAIS-DODOS, SA MUSIQUE CAJUN

       « LAISSEZ LES BONS TEMPS ROULER » 

 

La Louisiane est le plus français des états des Etats-Unis d’Amérique, fondée au 17ème siècle et qui est liée au « Grand Dérangement » de 1755 lors de la déportation des Acadiens du Canada en Louisiane.

 

En effet, en 1755, les Acadiens furent chassés de leurs terres d'Acadie (un territoire canadien) par les Anglais et abandonnés par la France.

Environ 10 000 d'entre eux seront alors déportés par le nouveau gouverneur anglais dont certains retournèrent en Europe, mais la grande majorité fera ce long voyage vers la Louisiane, alors encore une possession française.

Les cajuns (une déformation du mot acadien par les Anglais) sont principalement de descendance française et créole au niveau généalogique.

 

Ils s'installent dans un endroit bien plus chaud que le Canada, mais aussi plus hostile et dangereux, sur les seules terres encore disponibles, les marécages appelés « bayous », à l'ouest de la Nouvelle-Orléans.

 

Les bayous sont des marécages formés par les anciens bras et méandres dans le delta du fleuve Mississippi.

Outre les moustiques qui pullulent dans ces lieux, on y croise aussi un grand nombre d’alligators, de tortues, de serpents et de ratons laveurs.

 

Les premiers immigrants sont arrivés en Louisiane avec pas grand-chose, de maigres bagages dans lesquels ils emmenèrent des instruments de musique peu coûteux et peu fragiles et qui supportaient bien le voyage.

 

Ils ont amené avec eux de belles balades qui racontent des histoires et des lamentations du « Bon Temps qui Roule »  et aussi de vieilles chansons françaises.

Ils accompagnèrent leurs musiques par des chants traditionnels, des berceuses et des chansons à boire, des hymnes religieux du dimanche avec des frappés de mains et des battements de pieds.

Ce n’est qu’en 1780 que furent introduits les violons dans les veillées et bals.

Tristes de devoir quitter leur Acadie natale, ils prirent l'habitude de se retrouver entre eux le soir et se regroupèrent pour jouer de la musique et danser.

 

                        Les FAIS-DODOS

On connaît bien sûr la Louisiane et la Nouvelle-Orléans surtout pour son carnaval et son célèbre Mardi-Gras qui fait chanter et danser les Cajuns (et les autres).

Les Cajuns de Louisiane ont la réputation d'être de bons vivants. Leur gastronomie, leur musique et leur joie de vivre sont légendaires !

Leur sens de la fête s'exprime surtout dans la multitude de festivals et de fêtes qui sont organisés toute l'année pour célébrer leur héritage culturel, gastronomique et musical.

La nuit tombée, les Cajuns convient leurs hôtes à une soirée dansante « Fais Dodo », sur des rythmes endiablés.

 

18 1515 1417 14

En effet, depuis les Acadiens d’origine à nos jours, toutes les générations de Cajuns de Louisiane se rassemblent depuis la deuxième moitié du 19ème siècle tantôt chez l’un, tantôt chez l’autre, selon leur tradition, dans ces bals familiaux cadiens et et des soirées dansantes du samedi soir que l’on nomme « Fais-Dodos.

 

Le « fais dodo » chez les particuliers peut être organisé soit dans une grange, soit dans « la place en avant » d'une maison (où les meubles sont poussés dans la « place en arrière ») et se déroule toute la nuit.

Cette expression vient de l'habitude qu'avaient les mères cadiennes d'emmener leurs jeunes enfants et les bébés au bal en les mettant à l’écart dans une pièce annexe.

Elles apportaient, dans les soirées de danse, des oreillers et des couvertures afin de pouvoir coucher leurs rejetons lorsqu’il commençait à se faire tard.

Pendant ce système de garderie, elles les faisaient s'endormir au son de la musique cajun et ceci sous surveillance d’une aïeule experte en berceuses et un peu trop vieille pour danser.

La grand' mère (Maw Maw) les encourageait à se laisser aller et à s'endormir par un « Fais Do Do mon bébé » ou un « Fais dodo pendant que Pop et Mom ça va au bal »... ou alors elle leur chantait un « Fais dodo Colas mon p'tit frère .... »

Le nom du début de ces phrases ou de cette chanson est resté : le Fais-Dodo.

D’autres femmes couchaient aussi les enfants directement dans un coin de la salle de danse tout en gardant un oeil attentif sur eux.

Les adultes continuaient à s'amuser et à danser jusqu'à l'aube.

 

Le musicien cajun Edwin Duhon du Hackberry Ramblers a dit à ce propos :  « Elle alla à la chambre des pleurs, donna au bébé une tétine et dit : «Fais dodo ». Elle voudrait que le bébé puisse  s'endormir rapidement  parce qu'elle s’inquiète que son mari danse avec quelqu'un d'autre là-bas ».

Les danses pratiquées à l'époque sont les rondes et contredanses, les reels, gigues, polkas, mazurkas, cotillons, galops, les one-steps et two-steps et la valse.

Depuis une décennie, tout bon danseur de Country Line Dance en France a appris à danser le "Fais dodo" sur la chanson du même nom de Charlie Daniel’s Band. 

La  Chorégraphie  est de  Michelle Chandonnet  (Avril 2000).

C'est une  danse en ligne de 64 comptes  et 4 murs de niveau intermédiaire.

La danse « Fais-Dodo » devient la danse de clôture d’un bal au même titre que « Hooked On The Country » est devenue la danse d'ouverture.

 


                                                               La MUSIQUE en LOUISIANE

23 12    25 12   16 16

Le Jazz fut il y a 100 ans une musique des classes les plus basses, pour devenir il y a 50 ans à peine, une musique de société.

Pour la musique cajun, au départ, c’est à peu près la même chose, son évolution s’est réalisée depuis une trentaine d’années.

Mais la musique en général est reine en Louisiane.

C’est le pays du Jazz, du Blues et R&B, du Rock n’Roll, du Cajun, du Zydeco, de la Country.

 

En Louisiane, à partir de 1916 et jusqu’en 1960, il était interdit de parler le français à l’école.

C’étaient les plus pauvres qui parlaient français à la maison.

Pour leur image et pour une raison économique, les gens ont toujours eu honte de parler français.

Par exemple, les investisseurs et patrons texans avaient peur que les gens qu’ils employaient ne complotent contre eux en français.

 

La musique cajun a pris de plus en plus d’ampleur et s’exporte depuis les années 1980 et les touristes affluent en Louisiane depuis ce temps-là grâce à des films incluant de la musique cajun.

 

La musique cajun est un genre musical, mais aussi une culture.

Elle est chantée en langue française, avec des expressions de patois local, de l’acadien du Canada.

Une grande partie du répertoire inclut souvent des anciens classiques cajuns.

 

Le son cajun de Louisiane a influencé la musique populaire américaine et en particulier la Country Music, mais également la Pop Music.

La musique cajun, tout comme le Zydeco, ne sont pas à proprement parlé un véritable genre de Country Music, mais plutôt des cousins germains.

 

Les instruments emblématiques de la musique cajun sont à la base  deux violons et un triangle.

Vers 1870, la musique cajun adoptera l'accordéon diatonique introduit par les immigrants allemands et français et les violonistes et les accordéonistes commencèrent à jouer ensemble.

 

Il semblerait même que ce soit des noirs qui adoptèrent l’accordéon  en premier dès les années 1850, par l'intermédiaire de missionnaires blancs.

L’accordéon s’est associé au violon car plus puissant, robuste et facile d’utilisation, mais il fera dans un premier temps mauvais ménage avec lui.

 

Ce n'est qu'après la première guerre mondiale que l'importation de nouveaux types d'accordéons permettra des duos plus harmonieux avec le violon.

Celui-ci aura alors plutôt un simple rôle d'accompagnement.

48 11 31 12 30 12

Sur les premiers enregistrements, il y avait une association de guitare-accordéon, ou violon-accordéon.

Les plus grands groupes possédaient déjà le violon-accordéon-guitare, avec une percussion « ti-fer ».

 

Les années 1900 voient également l'apparition dans la musique cajun de la guitare espagnole, largement répandue au Mexique et au Texas.

 

D’autres instruments de musique se sont rajoutés à l’orchestre cajun, particulièrement le mélodéon, le triangle, le frottoir ou planche à laver, la batterie, l’harmonica, le banjo, la mandoline, la steel guitar, les claviers, la scie musicale et occasionnellement le saxophone.

Dans les années 1900 à 1920, la musique cajun se développera sous l'influence grandissante de l'accordéon en limitant le répertoire presque exclusivement aux valses et two-steps.

 

On introduisit alors des paroles sur la musique de danse et des musiques sur les ballades à capella.

 

Le triangle métallique devient un instrument très rythmique et très fréquent dans la musique cajun. Il est fabriqué à partir de pièces détachées de machines agricoles.

 

Comme dans les années 1920 les chanteurs ne sont pas encore pourvus de micros, ceux-ci chantent avec une voix très aiguë et criarde afin de couvrir les instruments et le bruit des danseurs.

 

On commença à construire de grandes salles de bals privées et publiques et ce fut pratiquement la fin des Fais-Dodo qui étaient basés sur des réunions strictement familiales.

 

C’est le 27 avril 1928 que Joseph Falcon (au chant et à l’accordéon) et son épouse Cléoma Falcon Bréaux (à la guitare) enregistrèrent à la Nouvelle-Orléans, pour Columbia, le premier 78 tours de musique Cajun.

Ce disque se vendit tellement bien que Joseph Falcon, qui est né dans une modeste famille de fermiers, va abandonner son travail à la ferme paternelle et vivre de ses cachets de musicien.

                                    

Dans les années 1930, l'accordéon, dans les orchestres cajuns, va décliner rapidement au profit du violon et l'apparition de nombreux orchestres à cordes intégrèrent une batterie.

 

Les cajuns se voient alors envahis par la culture des autres états, notamment du Texas et de sa musique, le Western Swing, un mélange de Swing et de Country Music, qui va se propager dans le sud-ouest de la Louisiane.

 

Après la 2ème guerre mondiale, des bals et des fêtes seront à nouveau organisés et les accordéons ressortirent rapidement des placards et cela sonnera le glas du Western Swing en Louisiane.

 

Les artistes locaux se mirent alors à enregistrer en masse et de nombreuses maisons de disques virent le jour en Louisiane.

 

A cette époque, les Créoles noirs créent le style Zydeco en faisant un savant mélange de musique cajun avec des accents de blues et de jazz.

 

En même temps, de jeunes musiciens cajuns souhaitant conquérir un auditoire plus ample, inventèrent le swamp-pop qui est un mélange de rock n' roll, de rockabilly et de rythm & blues, chanté le plus souvent en anglais mais sur des thèmes typiquement cajuns.

Ce style de cajun est encore très chanté de nos jours.

    28 tee mamou cajun band le mardi gras                             26 12 

Durant les années soixante, le rock n' roll portera un sévère coup au swamp-pop et aux autres genres de musique en Louisiane.

Mais la musique cajun traditionnelle s’en sort pas trop mal de cette période car les artistes cajuns vont s’exporter dans les festivals américains.

C'est ainsi que Dewey Balfa se retrouve au festival de Newport en 1964, en compagnie de Joan Baez et Bob Dylan.

 

A partir de 1970, le rock n' roll perd de sa popularité et la musique cajun « des grands-parents » est redécouverte par de jeunes musiciens comme Zachary Richard.

 

Vers 1980, une nouvelle étape de la musique cajun débutera pour finalement synthétiser près de 300 ans d'histoire, d'influence et de métissage musical.

La musique cajun s’ouvre alors en prenant des accents de country music, de rock, de reggae, de rap, d’Island sound des caraïbes, de western swing et de tex-mex.

 

La musique traditionnelle cajun francophone, que l'on peut entendre de nos jours dans les salles de danse de la Louisiane, est jouée par des groupes généralement s’accompagnant d'un accordéon, d'une paire de violons jouant en harmonie, d'une batterie, d'une basse électrique, d'une guitare électrique ou classique ou d'une guitare hawaïenne.

 

Comme dans la Country Music, les chansons évoquent la vie quotidienne, ses joies et ses peines.

Le répertoire cajun est actuellement toujours composé de valses, de polkas, de mazurkas, de quadrilles avec des influences et un mélange de musique celtique, texane, western music, country traditionnelle, blues, jazz New-Orleans, créole et zydeco, le tout mélangé avec de la musique acadienne d’origine.


Les premières chansons étaient venues de France et certains musiciens jouèrent aussi de la musique des Appalaches arrangée à leur sauce.

Les afro-américains y rajoutèrent le Blues et le Jazz chantés avec l’accent créole.

Le mélodéoniste Amédée Ardouin, qui jouait avec un violoniste blanc Denis Mc Gee, était une grande référence au niveau de cette musique.

Les chansons de blues ne possèdèrent pas de grands textes et sont en général des complaintes avec des paroles simples et très répétitives, chantées soit en français, en anglais ou en créole.

 

Avant les années 1970, les mots « cajun » ou « zydeco » ne faisaient pas référence à de la musique.

Ce n’est que plus tard que les maisons de disques commencèrent à les associer à ces genres de musiques.

 

La musique cajun est plutôt une musique de blancs influencée par la country music alors que le zydeco représente plus la musique noire américaine.

Le mot zydeco vient à l’origine de la chanson « Les haricots sont pas salés » de Clifton Chenier.

Un jour un journaliste lui demanda comment il appelle cette musique et il lui dit le terme  « zaricot ».

Le journaliste n’ayant pas bien compris, écrivit en anglais « zydeco ».

Le Zydeco, de style blues, est le style de musique de Clifton Chenier qui jouait de l’accordéon à touches de piano.

 

 

Les jeunes, de nos jours, jouent moins de valses et moins de blues, mais plus de two-step rapides, avec beaucoup de basse, de batterie, en étouffant l’accordéon et n’incluant peu de paroles.

 

Tout le monde danse au rythme de la musique cajun et zydeco dans les multiples fêtes et festivals et dans les restaurants-salles de danse, les salles publiques de danse ou les bistrots-salles de danse.

On danse tous les vendredis, samedis et dimanches après-midi. Souvent l’entrée est gratuite, ou alors il faut consommer ou encore il faut payer un prix d’entrée pour danser.

 

Avant la télé, c’était la distraction principale des Cajuns.

 

C’était aussi la seule façon pour les jeunes filles et les jeunes hommes de se rencontrer.

Les anciens surveillaient les jeunes afin qu’ils ne dansent pas trop collés.

Mais à partir des années 1960 on dansa beaucoup le two-step et des valses lentes à deux temps.

Depuis une dizaine d’année, pour une question commerciale et pour se faire de l’argent, la mode veut que l’on apprenne les danses cajuns dans des cours.

Les workshops et stages de musique et de danse attirent surtout les touristes.

 

Mais la tradition veut que les anciens transmettent la culture musicale naturellement et spontanément de bouche à oreille.

Il n’existe pas d’écoles de musique.

 

Les frères ROMERO à Saint Martinville  

29 les freres romero

 

A Eunice, il y a le célèbre « Rendez-vous des Cajuns » qui a lieu tous les samedis soirs au Liberty Theater.

Pour danser au son de la musique cajun on peut fréquenter :

Le Randoll’s à Lafayette

33 12 32 11 34 11

                                 35 10             36 11

 37 11                                                                      38 11

Le Mulate’s à Breaux-Bridge et New-Orleans

39 11 40 chez mulate s 41 11

                                                      42 10

Le Blue Moon à Lafayette

La Poussière  à Pont Breaux/Breaux-Bridge

Le Whiskey River à Henderson

 

 

 

                                  Les FESTIVALS :

 

Le Mardi Gras est la manifestation la plus importante dans beaucoup de villages.
Mais il y a aussi beaucoup d’autres festivals et de fêtes.

Chaque petit patelin a son festival.

Souvent 3, 4 ou 5 festivals à 20 ou 30 km à la ronde.

Pour chaque produit louisianais , il y a un festival  comme le festival des écrevisses, de la crevette, de la canne à sucre, du riz,  etc ….

Ce sont des fêtes foraines de village comme en France, avec des stands de produits divers, de vêtements, des jeux, de la musique cajun, zydeco, blues, jazz, country mais aussi du rock et de la pop,

 

FESTIVAL INTERNATIONNAL DE LOUISIANE  à LAFAYETTE.

 

Ce festival gratuit célèbre la musique, la culture, la francophonie et les traditions du peuple Cajun.

Le centre-ville de Lafayette accueille six scènes de musique, des animations de rue, des galeries d'art, des ateliers culturels et des démonstrations de cuisine locale.

 

FESTIVALS ACADIENS & CREOLES à LAFAYETTE

Cet événement témoigne très bien de la vigueur de la culture francophone louisianaise.

L'esprit de ce grand rendez-vous culturel et musical tient en quelques mots cajuns : « laissez les bons temps rouler !»,

autrement dit : « profitez de la vie ! ».

Parmi les autres activités se tiennent les « jam sessions » au cours desquelles tout musicien peut jouer et monter sur scène.

Les visiteurs peuvent découvrir un folklore aux accents francophones et ils ont également la possibilité de goûter aux saveurs de la cuisine cajun : boudins créoles, écrevisses (crawfish), huîtres, crabes, po-boy, crevettes, jambalaya, gumbo, étouffées, andouilles épicées ...

A noter également la présence d'une foire artisanale.

 

FESTIVAL TOP-LA  : UN PONT VERS LA LOUISIANE à PONTCHARTRAIN

        50 11

           

LOUISIANA  CAJUN – ZYDECO FESTIVAL à NEW ORLEANS

BLUE BAYOU FESTIVAL à SAULIEU

CAJUN FESTIVAL MUSIC AWARDS à LAFAYETTE

ZYDECO BREAUX BRIDGE CRAWFISH FESTIVAL à BREAUX BRIDGE

ZYDECO FESTIVAL à OPELOUSAS

CREOLE ZYDECO FESTIVAL à SAINT MARTINVILLE

CAJUN MUSIC FESTIVAL à MAMOU

CAJUN FRENCH MUSIC ASSOCIATION FESTIVAL à LAKE CHARLES

BLUEGRASS ON THE BAYOU FESTIVAL à BATON ROUGE

BAYOU COUNTRY SUPERFEST à BATON ROUGE

 

Le groupe BAYOU ROUX  (USA)  à  Craponne s/ Arzon en 2012

43 10                               44 10

 45 12               46 a gauche le se nateur page cortez de la louisiane

                                                                                   à gauche : le sénateur de Louisiane : Page Cortez

SARAH SAVOY (USA) à Craponne-sur-Arzon en 2014

79 5 78 5 76 5

                            77 5               75 5

 

                                           

 

Les pionniers de la CAJUN MUSIC entre 1928 et 1955

Nason Absher (Nathan Abshire) & The Rayne Bo Ramblers / The Alley Boys Of Abbeville / Amédé Ardoin / Amédée Breaux

Cléoma Falcon / Joe Falcon / Duddley And James Fawvor / The Hackberry Ramblers / Happy Fats & His Rayne-Bo Ramblers

The Jolly Boys Of Lafayette / Delma Lachney / Angelas Lejeune  / Joe Werner & Ramblers / Dennis McGee

Miller's Merrymakers / The Riverside Ramblers / Segura Brothers  / Harry Choates / Leo Soileau and his Aces

The Thibodeaux Boys  / Sady Courville  / Lee Miller / B Fuselier / Doc Guidry / Wade Fruge / Lawrence Walker

 

Quelques autres chanteurs et groupes contemporains célèbres de la CAJUN MUSIC  :

Spade Coole, Zeke Tierney, Hi Flyers, Beausoleil, Savoy-Doucet Cajun Band, Micheal Doucet, Waylon Thibodeaux, Jo-El Sonnier, cliquez Wayne Toups, Steve Riely and the Mamou Playboys, The Basin Boys et Atchafalya, Feufollet, Steve Riley & The Mamou Play-Boys, Les Frères Balfa, Zachary Richard cliquez ( accordéoniste né à Lafayette en 1950) qui a débuté avec son groupe Le Bayou des Mystères.

 

 

Paroles de la chanson  « FAIS DODO »

de Charlie Daniel’s Band

*Laisse le bon temps rouler! (Let the good times roll!)

 

Hey baby won't you stop what you're doin'

Go on home, put your red dress on

Tell your mama I said not to worry

I'll have you home before the break of dawn

Sonneir's got his squeeze box pumping

Thibadeaux's got his fiddle out

Meet me over by the side of the river

There's a big doin's down at Boudreaux's house

 

CHORUS:

Take my banjo down to the bayou

Pole on over to the fais do do

Don't be late

Don't keep me waitin'

Everybody's gonna go

 

I wanna be there when the band starts playin'

Zydeco music makes me wanna dance

Sun's gone down and a full moon's shinin'

Mighty fine night for the big romance

I've got a question, I just might pop it

I know something that you don't know

I got a ring of gold in my pocket

Tonight's the night and you can't say no

 

 

 

                               THE END

 

 

Août 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 09/08/2016