NATIONAL MONUMENTS of the UNITED STATES 1/2

 

 ARTICLE & PHOTOS DE ROLAND ROTH 

 

 NATIONAL MONUMENTS of the UNITED STATES 

          Monuments Nationaux des États-Unis 

 

TEXTE SOURCE WIKIPEDIA pour cet article

 

Un Monument National est, aux États-Unis, une zone protégée similaire à un parc national, à la différence près que le Président peut déclarer rapidement un lieu monument national sans l'accord du Congrès. En contrepartie, la faune et la flore des Monuments Nationaux sont moins protégées que celles des parcs nationaux.

Les Monuments Nationaux sont gérés par quatre administrations gouvernementales : le National Park Service (NPS), l’United States Forest Service, l’United States Fish and Wildlife Service et l’United States Bureau of Land Management.

Le premier Monument National, le Devils Tower National Monument, a été choisi par Theodore Roosevelt qui considérait que le Congrès n'aurait pas agi suffisamment rapidement pour le préserver. La loi date de 1906. Le monument le plus récent est le Stonewall Inn, bar homosexuel de New York, qui fut un point de rencontre entre les acteurs du mouvement pro-gay américain des années 1960. Sa protection en tant que site national historique fut proclamée par Barack Obama en 2016.

 

 Voici quelques Monuments nationaux américains que j’ai visité ces dernières années : 

 

Aztec Ruins ·  Bandelier · Canyon de Chelly · Casa Grande Ruins · Chiricahua · Devils Tower · Hovenweep · Little Bighorn Battlefield · Sonoma Desert · Muir Woods · Montezuma Castle · Organ Pipe Cactus · Statue de la Liberté · White Sands 

 

 

 CANYON DE CHELLY  (ARIZONA) 

 

Dscn7123 Dscn7205 Dscn7195

Dscn7183 Dscn7181 Dscn7184

Dscn7178 Dscn7169 Dscn7150

Dscn7168 Dscn7145 Dscn7140 1

Dscn7139 Dscn7137 1 Dscn7133

Dscn7123 Dscn7114 Dscn7117 

Dscn7113 Dscn7110 Dscn7196

 

Le Monument National du Canyon de Chelly (prononcer « d'chai ») est un monument national américain situé dans l'État de l'Arizona, au sud-ouest des États-Unis.

Le mot « Chelly » est une déformation anglaise du mot navajo « tseqi », qui signifie « canyon rocheux ». Il est au milieu d'une grande réserve Navajo. 

Il a la forme d'un Y, creusé verticalement dans les lits de grès par deux arroyos : Tsaile Creek et Whiskey Creek qui se joignent pour former le Rio de Chelly. 

Il s'étend sur 40 kilomètres. 

Depuis le nord-est, le Canyon del Muerto, long de 50 kilomètres, le rejoint à Chinle. 

La hauteur des falaises atteint 300 mètres.

Les Anasazis occupèrent le Canyon de manière continue depuis le début de l'ère chrétienne jusque vers 1300. L'âge d'or des Anasazis du canyon de Chelly se situe de 1100 à 1300 après J-C. Un millier de personnes devaient occuper les différents villages du canyon. 

Les sites les plus connus sont White House, Antelope House et Mummy Cave. 

Les Anasazis désertèrent la région pour des raisons mal connues, écologiques (érosion, sécheresse) mais aussi humaines (guerres). Une partie des habitants migra vers les Mesas des Hopis.

Les Navajos s'installèrent dans le Canyon à partir de 1700. Ils y faisaient paître leurs troupeaux et pratiquaient une agriculture rudimentaire.

En 1805, lors d'un conflit qui opposait les Navajos aux colons espagnols, un groupe d'Indiens se réfugia dans le Canyon del Muerto où ils furent poursuivis par un détachement espagnol sous les ordres du lieutenant Antonio Narbona. Retranchés dans un abri sous la falaise, les Navajos furent massacrés par les soldats espagnols. 

La tuerie fit 115 victimes. L'endroit est encore connu sous le nom de « Massacre Cave ».

Ce canyon, encore habité, présente de belles formations rocheuses et abrite des habitats troglodytes d'anciens Indiens Pueblos. 

Quelques familles de fermiers Navajos s'y sont réinstallées, cultivant maïs et haricots et élevant des moutons. Parmi les formations rocheuses les plus spectaculaires il y a Spider Rock, aiguille de 244 mètres de haut surplombant le canyon.

 

 

 CHIRICAHUA  (ARIZONA) 

 

P1020065 P1020066 P1020014

P1020054 P1020051 P1020041

P1020035                P1020033                 P1020032

P1020029 P1020027 P1020025

P1020024 P1020022 P1020016

 

Le Chiricahua National Monument est un site faisant partie du National Park Service.

Il est inscrit sur les listes de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en tant que "monument naturel" (catégorie III).

Il est situé dans les montagnes Chiricahua, à environ 60 kilomètres au sud-ouest de Willcox dans l'Arizona. On y trouve les traces de l'énorme éruption volcanique qui secoua la région il y plus ou moins 27 millions d'années.

Cette éruption, connue sous le nom de l'éruption de Turkey Creek Caldera, a déposé de la cendre et de la pierre ponce, de nature hautement silicieuse, sur une hauteur de 640 mètres. Ces dépôts se solidifièrent en tuf rhyolitique.

L'érosion modela les formes et caractéristiques naturelles que l'on peut désormais découvrir au Chiricuahua National Monument.

Ce monument national abrite également le Faraway Ranch dont étaient autrefois propriétaires les immigrants suédois Neil et Emma Erickson.

 

 

 WHITE SANDS (NEW MEXICO) 

 

P1020096 P1020176 P1020174

P1020172                P1020150                 P1020140

P1020161 P1020158 P1020157

P1020153 P1020139 P1020135

P1020134                 P1020131                P1020127

P1020129                P1020125                 P1020109

P1020113 P1020094 P1020100

Img 0562 Img 0551 P1020088

 

White Sands est un désert de sable blanc d'une superficie de 715 km2 au nord du désert de Chihuahua au Nouveau-Mexique.

Située dans le bassin de Tularosa à une altidude de 1200 m, entourée de montagnes, la cuvette de White Sands abrite le plus grand désert de gypse du monde. Le sable, poussé par le vent fort de février à mars, forme des dunes brillantes particulièrement appréciées des photographes.

 

Les dunes de sable blanc du White Sands National Monument sont composées de gypse déposé au fond d'une lagune peu profonde qui couvre cette surface depuis 250 millions d'années. Avec la formation des montagnes rocheuses, les dépôts de gypse se sont surélevés en un dôme qui s'affaisse pour former le Bassin de Tularosa. Les pentes d'origine du dôme forment à présent les chaînes de montagnes San Andres (Pic Salinas , 2 700 mètres) et de Sacramento (plus de 3 600 mètres d'altitude, station de ski) qui entourent le bassin.

Le gypse minéral ordinaire ne se trouve pas en général sous la forme de sable pour la raison qu'il est soluble dans l'eau. La pluie et la neige qui tombent sur les montagnes environnantes dissolvent le gypse, le séparent et le déposent dans le Bassin de Tularosa. Ce bassin forme donc une sorte de piège pour les eaux ainsi que pour le gypse et autres sédiments qu'elles contiennent.

Le lac Lucero se trouve dans une région endoréique : les précipitations ruissellent dans le bassin sans trouver de débouché à la mer ou à l’océan. Elles forment parfois un lac : quand cette eau s'évapore, le gypse dissous se dépose à la surface (sélénite). Les éléments naturels (sécheresse, gel, pluies) érodent les dépôts et les transforment en petites particules que le vent emporte : telle est l’origine des dunes de gypse blanc.

Les contraintes naturelles sont très fortes : avancée du sable (jusqu’à 6 mètres par an), aridité…

Les yuccas se sont bien adaptés : ils allongent leur tronc afin de rester toujours au-dessus de la dune (croissance de 30 cm par an). Certains buissons produisent une souche qui les surélève pour sortir du sable (skunkbush).

Comme dans d'autres déserts, la plus grande partie des animaux sortent à la tombée de la nuit. Le matin on peut voir les empreintes des rongeurs, lapins (cottontail)lièvres (jack-rabbit), renards, coyotes, porc-épics, daims, roadrunners, urubu à tête rouge (ou buzzard-dindon), serpents à sonnette (rattlesnake), tarentules et d'autres animaux nocturnes. Les lézards, les scarabées et les oiseaux sont actifs pendant la journée et on peut les observer en différents endroits. Quelques espèces d'animaux utilisent le camouflage blanc dans les dunes (lézards, insectes).

Le peu de végétation se compose d'acacias, de créosotiers, d'armoises, de mesquites, de yuccas, d'agaves et de cactus-baril.

 

Des terrains militaires se trouvent autour du parc national des White Sands depuis la Seconde Guerre mondiale. C’est ici que l’on a testé des nouveaux armements comme la première bombe atomique à Alamogordo et White Sands Missile Range pour les tirs de missiles  ainsi que les nouvelles technologies spatiales : terrain d’atterrissage de la navette spatiale (utilisé lors de la mission STS-3). Les routes à proximité de White Sands peuvent être fermées au public pendant les expérimentations pour des raisons de sécurité.

La base de lancement de White Sands fut un lieu d'exploitation de la technologie des V2 après la fin du conflit mondial, avec des tirs d'essais de ce missile. Par ailleurs, les fusées-sondes Bumper, composées d'un V2 modifié surmonté d'une fusée WAC Corporal, servaient pour des tests technologiques et pour l'étude de la haute atmosphère.

 

 

 ORGAN PIPE CACTUS  (ARIZONA) 

 

P1010399 P1010576 P1010557

P1010544          P1010549          P1010537

P1010540 P1010536 P1010529

P1010521 P1010516 P1010517

P1010513 P1010512 P1010511

P1010502 P1010492 P1010501

P1010498          P1010486        P1010481

P1010470          P1010463         Img 0444

P1010449 P1010455 P1010566

P1010450 P1010431 P1010421

P1010441 P1010418 Img 0446

Img 0490 Img 0479 Img 0468

Img 0459 Img 0456 Img 0447

 

 

L’Organ Pipe Cactus National Monument, créé le 13 avril 1937, est un Monument National et une réserve de biosphère se situant en Arizona dans le comté de Pima qui couvre une surface de 1 338 km².

Situé dans le sud de l'État, elle jouxte la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Son nom provient du cactus Stenocereus thurberi, « Organ Pipe Cactus » en anglais (cactus tuyau d'orgue). 

Le parc a été reconnu réserve de biosphère par l'Unesco depuis 1976. Il est administré par le National Park Service et compte 211 405 visiteurs par an.

Le parc est bordé au nord-ouest par le Cabeza Prieta National Wildlife Refuge, à l'est par la réserve indienne Tohono O'odham et au sud par la frontière mexicaine. Son altitude va de 335 à 1472 mètres. L'endroit est le seul aux Etats-Unis ou pousse le cactus tuyau d'orgue. On y trouve de nombreuses autres espèces de cactus, comme le célèbre saguaro, le cactus hérisson (Echinocereus) ou encore le teddybear cholla (sorte de figuier de barbarie).

Les ranchs de Bates Well et de Dos Lomitas, tous deux inscrits au Registre national des lieux historiques, se trouvent dans le parc.

 

 

 MUIR WOODS  (CALIFORNIA) 

 

P1100811 1 P1100812 1 P1100809 1

         P1100797                   P1100796 1                   P1100802

P1100808 1          P1100806 1         P1100799 1

 

Le Monument National Muir Woods est situé à quelques kilomètres au nord de San Francisco dans le Comté de Marin (Marin County) en  Californie. Cette forêt de séquoias à feuilles d'if (Sequoia sempervirens; anglais: Coast Redwood) doit son nom à John Muir. Il fait partie de la Golden Gate National Recreation Area et a été créée le 9 janvier 1908. Il est administré pae le National Park Service.

En 1905, William Kent membre du congrès des États-Unis et sa femme Elizabeth Thacher Kent achetèrent cette vallée difficile d’accès pour la préserver des défrichements : des centaines de maisons de San Francisco furent en effet construites grâce au bois des forêts de séquoias. Cet achat ( 45 000 $ de l’époque) causa d’importantes difficultés financières pour le couple. Le parc fut donné au gouvernement américain car une compagnie de l’eau projetait de construire un barrage sur la Redwood Creek. En 1908, le Président Theodore Roosevelt le classa « Monument National », le 7e dans l’histoire du pays. En 1916, le Congrès établit le National Park Service chargé d’administrer et de protéger le parc. En 1925 commença la construction de la route menant au parc. Grâce à la construction du Golden Gate Bridge (1937), la fréquentation du parc augmenta rapidement.

Le 8 juillet 1996, un séquoia à feuilles d'if de 800 ans s’écroula dans la "Cathedral Grove" du parc : il mesurait 60 mètres de haut ; il est toujours à la même place, au sol. Le parc accueille aujourd’hui entre 700 000 et 850 000 visiteurs par an.

Le parc abrite une étonnante variété d’espèces animales : 69 espèces d’oiseaux (moucherolle côtier, troglodyte mignon, gobemouche à collier, martinet de Vaux, pic vert, chouette tachetée…), des amphibiens (grenouilles, tritons, salamandres), des reptiles (tortues), des poissons (truites), des mammifères (au moins 30 espèces : tamia de Merriam, musaraigne, écureuil gris, mouffette, coyote, lynx, belette, puma des montagnes, loutre, chauve-souris).

 

Cette forêt a servi de tournage pour Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi en 1983 avec Harrison Ford, Mark Hamill et Carrie Fisher dans la scène de rencontre avec les Ewoks, ainsi que pour La Planète des Singes : Les Origines, de 2011, pour les scènes dans la forêt.

 

 

 HOVENWEEP  (UTAH - COLORADO) 

 

Dscn8181 Dscn8182 Dscn8178

Dscn8175 Dscn8173 Dscn8168 1

Dscn8165 Dscn8164 Dscn8161 1

Dscn8158 1 Dscn8155 Dscn8157

 

Le Hovenweep National Monument est situé à cheval sur la frontière entre les États du Colorado et de l'Utah, à l'ouest de Cortez.

Le Président Warren G. Harding fait de Hovenweep un Monument National américain le 2 mars 1923 qui s'étend sur 3,18 Km2. Le monument consiste en six groupes de ruines amérindiennes. Quatre sont du côté Colorado : Holly Canyon (« le Canyon Saint1 »), Hackberry Canyon, Cutthroat Castle (« Château coupe-gorge ») et Goodman Point. En Utah, les deux groupes de ruines sont dénommés Square Tower (« Tour Carrée ») et Cajon. Le centre de visite des monuments est situé dans le groupe de Square Tower entre Pleasant View (Colorado) et Hatch Trading Post (Utah).

En 1854, W.D. Huntington et une expédition de colons de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (les Mormons) sont les premières personnes originaires d'Europe à découvrir les ruines de Hovenweep, déjà connues des tribus Ute et Navajo. Le nom de Hovenweep, signifiant « vallée désertée » dans les langues Piute et Ute, est adopté par le pionnier/photographe William Henry Jackson en 1874. Le nom décrit bien les canyons désolés et les mesas nues de la zone ainsi que les ruines des communautés anciennes.

En 1903, T. Mitchell Pruden annonce les résultats d'une étude à grande échelle des ruines préhistoriques du bassin hydrographique de San Juan en Utah, Arizona, Colorado et Nouveau-Mexique. Il y découvre de nombreux exemples de destructions causées par les premiers visiteurs et collectionneurs qui mirent à bas les murs de sites d'habitation en ruines, creusèrent sous les chambres et mirent à jour les tertres funéraires associés. Les éleveurs, ranchers, piqueniqueurs ruraux et collectionneurs professionnels ont totalement retourné le sol et se sont emparés de nombreuses poteries, en ont cassées encore bien plus et ont jonché le sol d'innombrables ossements brisés. 

En 1917-1918, l'ethnologue J. Walter Fewkes du Smithsonian Institute inclut des descriptions des ruines dans ses rapports d'études archéologiques et recommande que les structures soient protégées.

Administré par le National Park Service, le Monument National est ajouté au Registre national des lieux historiques le 15 octobre 1966. Malgré la protection fédérale, peu de fouilles archéologiques d'envergure sont faites sur ces sites avant les années 1970.

Les paléo-indiens s'établirent sur le site il y a environ 14 000 ans. Les chasseurs-cueilleurs continuèrent à prospecter autour de Hovenweep bien après l'apparition de l'agriculture, autour des années 500 de notre ère. À cette époque, les archéologues s'accordent à dire que le sol cultivable de la région était plus épais, que les précipitations annuelles étaient plus importantes et la moyenne des températures plus modérée qu'aujourd'hui. La population s'est accrue régulièrement. Ces agriculteurs sédentaires sont généralement associés à la branche Mesa Verde des indiens Anasazi.

Entre 1150 et 1200 ap. J.-C., les habitants de Hovenweep commencèrent à construire des pueblos de plus grandes dimensions accompagnés de tours fortifiées aux entrées des canyons fermés. Ils construisirent également des barrages et réservoirs et déplacèrent leurs cultures là où l'irrigation pouvait être contrôlée. Ils élevèrent enfin de vastes tours en pierre, des quartiers d'habitation et autres abris à proximité immédiate des sources et des filtres à eau afin d'en assurer la sécurité.

Goodman Point, au Colorado, est un bon exemple de vastes communautés utilisant le sommet des mesas, implantées dans la seconde moitié du 12ème siècle. Des plantes domestiquées comme le maïs, le haricot et la courge étaient cultivées dans des champs en terrasses et l'eau nécessaire était canalisée vers des plantes sauvages utiles.

La population de Hovenweep agrémentait ce régime de cueillette et chasse additionnelles. Ces constructions ainsi que l'usage intensif de l'irrigation portent les archéologues à croire que des variations climatiques et une surpopulation sous-jacente ont pu amener des conditions de vies de plus en plus précaires.

Les pueblos de pierre et les tours démontrent une excellente maîtrise de la maçonnerie et de l'ingénierie. Les bâtisseurs ne nivelaient pas les fondations de leurs structures mais adaptaient la forme de celles-ci aux surfaces inégales des roches affleurantes. Les tours étaient bâties selon différents plans : base en D, carrée, ovale ou circulaire. C'est ainsi que les pueblos de pierre furent qualifiés de castles ( châteaux ) par les explorateurs du 19ème siècle.

 

La population de Hovenweep quitta ses pueblos vers la fin du 13ème siècle, probablement à cause d'une sècheresse d'échelle régionale. Des peuples de l'ensemble des Four Corners abandonnèrent également de plus petites installations au même moment et la région s'est retrouvée presque totalement abandonnée vers 1350. Des preuves archéologiques et culturelles laissent à penser que les populations ont migré au sud et à l'est en direction des vallées, suivant le cours de la Little Colorado River et du Rio Grande.

Les peuples nomades de langue Athapaskan venus du sud, appelés Navajos par les Espagnols, succédèrent aux peuples des pueblos dans cette région dans une période comprise approximativement entre 1620 et 1650. Des groupes tribaux Ute fréquentèrent également la région principalement pour des activités guerrières ou liées à la chasse. La Nation Navajo actuelle occupe une zone qui s'étend au sud-est de Hovenweep et de nombreux Navajos (de l'ethnie Diné) vivent aux alentours, en particulier aux abords de la San Juan River en Utah.

 

 STATUE DE LA LIBERTE  (NEW YORK) 

 

Dscn0865 Dscn0858 Dscn0487

Dscn0484 Dscn0467 1 Dscn0462

Dscn0479 Dscn0472 Dscn0471  

Dscn0453 Dscn0443 1 Dscn0440 1

Dscn0461 Dscn0447 1 Dscn0435 1

Dscn0429 1 Dscn0426 1 Dscn0425 1

                        Dscn0420 1                     Dscn0408 1

 

La "Liberté éclairant le monde" (en anglais : Liberty Enlightening the World),ou simplement Liberté, plus connue sous le nom de statue de la Liberté (Statue of Liberty) est l'un des monuments les plus célèbres des États-Unis. Cette statue monumentale est située à New York, sur Liberty Island, au sud de Manhattan, à l'embouchure de l'Hudson et à proximité d'Ellis Island.

 

Pesant 204 tonnes et mesurant 92,9 mètres, elle est construite en France et offerte par le peuple français en signe d'amitié entre les deux nations, pour célébrer le centenaire de la Déclaration d'indépendance américaine. La statue fut dévoilée au grand jour le 28 octobre 1886 en présence du Président des États-Unis, Grover Cleveland. L'idée venait du juriste et professeur au Collège de France Édouard de Laboulaye, en 1865.

Le projet fut confié, en 1871, au sculpteur français Auguste Bartholdi de Colmar en Alsace. Pour le choix du cuivre devant être employé à la construction, l'architecte Eugène Viollet-le-Duc eut l'idée de la technique du repoussé. En 1879, à la mort de Viollet-le-Duc, Bartholdi fit appel à l'ingénieur Gustave Eiffel pour décider de la structure interne de la statue. Ce dernier imagina un pylône métallique supportant les plaques de cuivre martelées et fixées.

La statue fait partie des National Historic Landmarks depuis le 15 octobre 1924 et de la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1984. La statue de la Liberté, en plus d'être un monument très important de la ville de New York, est devenue l'un des symboles des États-Unis et représente de manière plus générale la liberté et l'émancipation vis-à-vis de l'oppression.

De son inauguration en 1886 jusqu'au "Jet Age", la statue est ainsi la première vision des États-Unis pour des millions d'immigrants, après une longue traversée de l'océan Atlantique. Elle constitue l'élément principal du "Statue of Liberty National Monument" qui est géré par le National Park Service. La création de la statue de la Liberté se place dans la tradition du colosse de Rhodes, dont certaines représentations ont sans doute été une inspiration pour Bartholdi.

Après les attentats du 11 septembre 2001, l'accès a été interdit pour des raisons de sécurité : le piédestal a rouvert en 2004 et la statue en 2009, avec une limitation du nombre de visiteurs autorisés à accéder à la couronne. La statue (y compris le piédestal et la base) a été fermée pendant une année jusqu'au 28 octobre 2012, pour qu'un escalier secondaire et d'autres dispositifs de sécurité puissent être installés (l'accès à l'île est cependant resté ouvert). Un jour après la réouverture, l'accès a été de nouveau interdit en raison des effets dévastateurs de l'Ouragan Sandy. Les accès à l'île et à la statue ont été rouverts le 4 juillet 2013. L'accès du public au balcon entourant la torche est toujours interdit, pour des raisons de sécurité, depuis 1916.

 

 

 

 

                               Asuivre

            

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 10/04/2020