CRAZY HORSE & LES SIOUX OGLALA

 

 ARTICLE & (une grande partie des) PHOTOS DE ROLAND ROTH  

                                 ​Dsc04787 2  

 

 

Un croquis repre sentant crazy horse 1840 1877 re alise en 1934 par un missionnaire mormon a l occasion de l audition de la soeur de crazy horse         CRAZY HORSE 

 LE CHEF SIOUX et SON MEMORIAL 

 

CRAZY HORSE- Tashunka Witko - (entre 1838 à 1842 - 1877)

La date de naissance exacte de Crazy Horse reste indéterminée, de 1838 ou vers 1842 selon certains.

 

« Encouraging Bear » qui fut un des conseillers spirituels de Crazy Horse, indiqua que Crazy Horse serait né à l’automne de « l’année où le groupe auquel il appartenait, les Oglalas, vola 100 chevaux ».

D’après les comptes des hivers tenus par « Cloud Shield » et « White Bull », cette année correspondrait à l’année 1840.

 

Le lieu de naissance de Crazy Horse, lui aussi, n’est pas connu avec certitude.

Il serait né dans la région de Rapid Creek près de la South Cheyenne River ou selon certaines sources près de Bear Butte, près de Sturgis dans le Dakota du Sud, dans le site sacré des Black Hills.

 

Il fut le chef Sioux des Hunkpatilas

 

Le premier nom de Crazy Horse était « Little Hair » ou « Curley Hair ».

Son père s’appelait également Crazy Horse et il a changé son nom en « Worm » quand il l'a transmis à son fils à l'âge de 18 ans après un combat fougueux contre les « Inuna-ina ».

 

Sa mère, « Rattling Blanket » était une indienne Lakota Miniconjou.

Crazy Horse avait aussi une sœur dont le nom n'est pas connu et un demi-frère « Little Haw », né du mariage de son père avec la sœur de Spotted Tail, le chef des Lakotas Brûlés.

 

Crazy Horse (Tasuηka Witko) de son vivant était considéré par son peuple de la tribu sioux Oglala comme un sauveur.

 

Dsc04838 3           Dsc04872 2            Dsc04833 3 

 

Il était pourvu de toutes les qualités qui font les grands chefs :

Une grande force de caractère, un grand dévouement à la cause de son peuple avec un engagement à préserver les traditions et les valeurs du mode de vie Lakota et un courage au combat incomparable en tant que grand chef menant son peuple dans une guerre contre la prise de contrôle de leurs terres par le gouvernement fédéral.

 

Enfant, Crazy Horse était plutôt doux et renfermé.

Mais, plus tard, il devint un redoutable guerrier.

 

Jeune il avait une profonde haine à l'égard des Blancs suite à la découverte du camp dans lequel il vivait près de « Ash Hollow » dans le Nebraska et qui fut complètement détruit par l'armée américaine le 3 septembre 1855.

 

Dès son plus jeune âge, Crazy Horse fut un guerrier légendaire.

Crazy Horse a forgé sa réputation parmi les Amérindiens Lakotas grâce à ses compétences, à sa vaillance au combat et à sa détermination à préserver le mode de vie traditionnel de son peuple.

 

 Dsc04190 1 Dsc04192 2 Dsc04200 1

 

En 1854, il était présent dans le camp des « Brûlés » de Conquering Bear et assista au massacre de Grattan ainsi qu'à la mort de Conquering Bear.

 

Il vola un cheval aux Indiens Crow avant l'âge de 13 ans et il conduisit sa première guerre alors qu'il n'avait pas 20 ans.

Les manifestations d'hostilités des Indiens à l'égard des Américains n'avaient jamais complètement cessé pendant la Guerre Civile mais, en 1864, le massacre de Sand Creek marqua le début d'une nouvelle période de conflit ouvert.

 

En 1865, il devient membre de la prestigieuse société guerrière des « Porteurs de Chemises ».

 

Crazy Horse combattit aux côtés du chef Oglala Red Cloud pendant la guerre de 1865 à 1868 dans le Wyoming.

 

Ohl           Indien           Dsc04826 2

 

En 1866, malgré l’opposition des Indiens Lakotas, l’armée américaine dirigée par le colonel Henry B. Carrington construisait plusieurs forts comme le fort Reno ou le fort Phil Kearny le long de la piste Bozeman reliant le fort Laramie au territoire minier des monts Big Horn.

 

Le 21 décembre 1866, Crazy Horse et ses guerriers attirèrent dans une embuscade la brigade du capitaine W.J. Fetterman avec ses 80 soldats près du Fort Phil Kearney.

 

Crazy Horse, avec une dizaine d'hommes, entrainèrent les soldats à sa poursuite, les narguant en s'arrêtant à portée de fusil.

Encerclé par 500 guerriers Sioux et Cheyennes, le détachement fut totalement anéanti.

A l’époque, ce fut la pire des défaites de l’armée américaine pendant les guerres indiennes dans les Grandes Plaines de l’Ouest.

On appela cet affrontement la « bataille de Fetterman ».

 

 

Guerrier valeureux, Crazy Horse participa aussi à la bataille de Waggon-Box, le 21 août 1867.

 

On le voyait combattre avec les plus grands chefs Lakotas comme Red Cloud ou le grand chef Sitting Bull et il devint lui-même un grand chef de guerre des Oglalas dès 1872.

 

C’est d’ailleurs en août 1872 que Crazy Horse et Sitting Bull menèrent ensemble un combat contre les 44 soldats qui escortaient une équipe de topographes de la Société des chemins de fer de la Northern Pacific.

Crazy Horse chargea les soldats et son cheval fut tué.

Il disait à ses guerriers : « Vous voyez, je ne suis pas blessé et ils ne m'ont pas abattu, alors nous allons charger ».

 

Dsc04874 1                Dsc04850 1                 Dsc04844 10

 

Il combattit les Blancs qui usurpaient leurs terres pendant la décennie suivante pour empêcher la main mise par les Américains sur les terres des Lakotas à la suite du traité de Fort Laramie.

 

En effet, des négociations entre les deux parties aboutissaient au traité de Fort Laramie en 1868.

Par ce traité, le gouvernement américain définissait la région entre le Missouri supérieur, le Wyoming, les Rocheuses et la Yellowstone River comme territoire indien.

 

Les Lakotas, quant à eux, s’engageaient à laisser circuler sur ce territoire les officiers, les agents et employés gouvernementaux munis d’une autorisation.

Red Cloud, Spotted Tail et tous les autres chefs Sioux signèrent le traité sauf Crazy Horse et Sitting Bull.

 

En 1870, Crazy Horse tomba amoureux de « Black Buffalo Woman » mais c'est « No Water », un guerrier violent issu d'une famille influente qui obtint la main de la jeune squaw.

 

Mais elle divorça pour épouser Crazy Horse.

 

 Dsc04810 1         Dsc03682 5         Dsc04223 1

 

No Water n'accepta pas ce divorce et se rendit dans le campement de Crazy Horse avec des amis.

« No Water » se précipita dans le tipi de Crazy Horse et lui tira une balle dans la mâchoire.

Crazy Horse fut sérieusement blessé mais survécu à sa blessure.

Suite à cet incident sa femme  Black Buffalo Woman  se remit avec No Water.

Les Lakotas obligèrent celui-ci à offrir trois chevaux à Crazy Horse pour clore la dispute.

 

Dsc04222 1 Dsc03906 5 Dsc03905

 

En 1871, Little Hawk, le jeune frère de Crazy Horse se fera tuer lors d'une expédition sur la Platte River.

Crazy Horse épousa alors la jeune veuve, Black Shawl qui lui donnera une fille.

 

Sa femme contracta la tuberculose et sa fille encore toute jeune est morte du choléra.

 

En 1873, Crazy Horse se battit en apportant son aide aux Indiens dans l’attaque d’un groupe d’éclaireurs envoyés dans les Black Hills par le général George Armstrong Custer.

 

En 1874, suite à la découverte d'or dans les Black Hills, l’armée américaine investira la région malgré le traité de Fort Laramie de 1868.

 

Le 17 septembre 1875, une délégation américaine rencontra Red Cloud, Spotted Tail et les autres chefs Lakotas pour leur proposer d'acheter le territoire indien pour une bouchée de pain soit six millions de dollars.

Les Amérindiens refusèrent et la guerre entre les deux parties a donc reprise.

 

En 1876, le Département Américain de la Guerre ordonna à tous les tribus des Lakotas de s’installer dans leurs réserves.

C’est à ce moment-là que Crazy Horse devint un des chefs de la résistance.

 

Dsc04995 1 Dsc04843 1 Dsc05079 1 

 

En avril 1876, le chef Sitting Bull invita les autres chefs Sioux Lakotas à un grand conseil indien.

Une grande coalition indienne se mit en place sous ses ordres avec comme objectif d'empêcher l’installation croissante des Blancs sur leur territoire défini par le traité du Fort Laramie et non respecté.

 

Au mois de juin 1876, les Sioux de Crazy Horse ainsi que les Cheyennes, soit une force de 1200 Oglalas et Cheyennes, rejoignirent le campement du grand chef Sitting Bull.

Crazy Horse était devenu un allié privilégié des Cheyennes de par son premier mariage avec une femme Cheyenne.

 

              

 

L'armée des Etats-Unis envoya trois colonnes de soldats sur place pour forcer les Indiens ainsi réunis à regagner leurs réserves.

Les hostilités ne se sont pas faites attendre.

 

Le 17 juin 1876, Crazy Horse et 700 guerriers Lakotas et Cheyennes (1000 selon les sources) attaquèrent les troupes du brigadier-général George Crook sur les rives de la Rosebud River.

A la tête de ses guerriers, il força le général George Crook à battre en retraite le 17 juin 1876, alors que Crook se dirigeait vers le campement de Sitting Bull à Little Bighorn.

Le combat fut indécis et se termina par la mort de 22 guerriers indiens et d'une quarantaine de blessés de part et d'autre.

 

Ce fut la déroute pour les soldats du Général Crook et cette bataille est généralement considérée comme une victoire Amérindienne.

 

Puis, Crazy Horse rejoignit Sitting Bull et les siens.

 

Dsc04232 3 Dsc04121 1 Dsc04156 2

 

Quelques jours plus tard, le 25 juin 1876, le 7ème de Cavalerie du général George Armstrong Custer attaqua le village de la coalition Sioux, Cheyennes et Arapahos sur les bords de la Little Bighorn River.

Les Amérindiens repoussèrent ce premier assaut mené par le commandant Marcus Reno, puis ils décidèrent de contre-attaquer le 7ème régiment de Cavalerie du Général Custer à Little Big Horn.

  

La troupe de Custer fut en nette infériorité numérique.

 

Crazy Horse et ses guerriers attaquèrent les Américains sur les flancs Nord et Ouest, alors que des guerriers Hunkpapas menés par le chef Gall les attaquèrent sur les flancs Sud et Est.

La coalition indienne remporta la célèbre bataille de Little Bighorn et Custer sera tué ce 25 juin 1876 lors de l'attaque.

Il y eut 267 tués et 52 blessés chez les militaires (suivant les sources).

 

Dsc04151 2 Dsc04191 2 Dsc04145 2

 

Crazy Horse installa son campement sur les bords de la Rosebud River alors que Sitting Bull partit chasser le bison sur la Big Dry.

Le colonel Nelson A. Miles attaqua Sitting Bull par surprise et le mit en déroute.

Les chefs Sitting Bull et Gall parvinrent à s'enfuir par les Badlands et partirent se réfugier avec leurs Indiens Hunkpapas au Canada.

 

Le 8 janvier 1877, Miles attaqua à nouveau Crazy Horse à Wolf Mountain.

Les Amérindiens décrochèrent en profitant d'une tempête de neige.

 

 Crazy Horse combattit encore le général Nelson Miles qui poursuivit sans relâche les Lakotas et leurs alliés tout au long de l’hiver de 1876-77.

 

Dsc04829 5       Dsc04815 1       Dsc04819 2

 

L'année suivante fut terrible pour les Sioux et les Cheyennes car l’armée supérieure en nombre et en armes voulait venger Custer, les pourchassa et les attaqua continuellement en ne leur laissant aucun répit.

 

Après ce long hiver, les Oglalas sont malades et affamés après le déclin de la population de bisons et ils sont démoralisés, à bout de force et encore et encore harcelés par ces milliers de soldats.

 

Au printemps 1877, Crazy Horse n’en pouvait plus et du se rendre en voyant que ses tribus ne pouvaient pas passer la frontière canadienne et il fut aussi influencé par son peuple.

 

Il ne restait plus d’autre solution à Crazy Horse que d’accepter la proposition de l’armée.

Il partit le 6 mai 1877 à Fort Robinson dans le Nebraska avec 889 Oglalas.

En juillet 1877, il capitula au Fort Robinson et au moment de sa reddition des milliers d'Indiens se rassemblèrent et chantèrent.

 

Puis, Crazy Horse s’est rendu à la réserve attribuée, à la tête de près de 300 familles Sioux soit environ 2 mille hommes, femmes et enfants.

 

Dans la réserve, les agents de l’armée installèrent des dissensions entre les différents chefs de la tribu.

Le chef Red Cloud, qui était jaloux de la réputation de Crazy Horse, propagea des rumeurs à son sujet.

 

Dsc04831 1 Dsc04234 2 Dsc03661

 

Et voici deux récits légèrement différents racontant les circonstances de l’arrestation et de la mort du chef Crazy Horse.

Je ne sais pas laquelle est la vrai !

 

1ère version :

Les militaires voulaient que Crazy Horse serve comme éclaireur pour faire la guerre contre les Nez-Percés du Chef Joseph échappé de sa réserve.

Crazy Horse refusa et déclara aux soldats : « Si nous empruntons cette voie (de faire la guerre contre les Nez-Percés) nous nous battrons jusqu'à la mort du dernier Nez-Percé ».

Mais l'interprète qui fut certainement à la solde de Red Cloud, traduisit aux militaires que Crazy Horse souhaitait tuer tous les Blancs.

 

Suite à cela et à certaines rumeurs, le général Crook annonça qu’il souhaitait rencontrer Crazy Horse.

 

Le 5 septembre 1877, ce dernier est conduit dans un bâtiment de fort Robinson et y entra en pensant trouver le général Crook et pouvoir s'expliquer avec lui.

Il s'aperçut alors qu'il s'agissait d'une prison avec des barreaux aux fenêtres.

Crazy Horse ne se laissa pas faire, résista et tenta de s'échapper tout en sortant un couteau qu'il avait gardé caché sur lui.

Il est alors retenu par un des gardiens de la prison qui n’est autre que son ancien compagnon d'armes et ami, Little Big Man.

Le soldat de garde lui planta sa baïonnette dans le ventre (selon d'autres sources, ce serait Little Big Man qui l'aurait poignardé avec le couteau de Crazy Horse).

 

2ème version :

En septembre 1877, lorsque Crazy Horse aurait quitté sa réserve sans autorisation pour emmener sa femme malade chez ses parents, le général George Crook ordonna alors son arrestation, par peur d’un retour aux armes des Indiens et de troubles dans la réserve.

Les militaires décidèrent d’enfermer le chef.

 

C’est, ce 5 septembre 1877, que Crazy Horse fut lâchement assassiné.

Crazy Horse ne résista pas lors de son arrestation.

Mais, quand il se rendit compte qu’il était mené dans une prison il commença à se débattre.

 Alors que l’un de ses gardes lui tenait les deux bras en l’air, un autre le transperça avec sa baïonnette en prétextant qu'il avait voulu s'enfuir.

Ce pourrait être un guet-apens organisé par le Général Crook et quelques Indiens à sa solde dont son ancien ami Little Big Man.

 

Crazy horse 1877              Cr ho              Dfg

 

Crazy Horse est porté sur un lit et meurt dans la nuit même ce 5 septembre 1877, entouré de ses parents, après avoir prononcé ces paroles :

« Mon père, je suis mortellement blessé, que l'on fasse savoir aux miens qu'il est inutile de compter sur moi plus longtemps ».

 

Tout comme Sitting Bull, le chef Crazy Horse fut donc aussi assassiné.

 

La dépouille de Crazy Horse a été rendue à ses parents qui l'enterrèrent dans un lieu tenu secret, quelque part dans la vallée de Wounded Knee.

Ils ne dévoilèrent jamais le lieu de son enterrement et son corps fut déplacé à plusieurs reprises pour éviter qu'on ne le découvre.

 

Par la suite, un Indien Lakota se nommant Black Elk (Elan Noir) dira :

« Le lieu de la tombe n'est pas très important, ce n'est que de l'herbe, mais là où se trouve son esprit là est le bon endroit ».

 

Actuellement, un mémorial à l'honneur de Crazy Horse est en train de se tailler dans la roche des Black Hills non loin des Monts Rushmore.

(voir le récit ci-dessous).

 

On demanda à Crazy Horse : « Où sont vos terres maintenant ? », il répondit en pointant le doigt :

                                    « mes terres se trouvent là où repose mon peuple ».   

 

 

Dsc04806 2  CRAZY HORSE MEMORIAL  Dsc04897 8

 

                             

 

Au sujet du site du Mont Rushmore, le mémorial honorant 4 des plus grands Présidents américains George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln, les Amérindiens réclamèrent à juste titre, un autre mémorial en l’honneur de leurs peuples.

 

Le lieu choisi du Mont Rushmore était sans aucun respect pour le caractère sacré que toute la région revêt aux yeux des Sioux Lakotas.

 

Cette requête leur fut attribuée et le « Crazy Horse Memorial » est actuellement en construction, pas loin du Mount Rushmore, dans les Black Hills au Dakota du Sud, sur la plus haute montagne de la région à 1 745 mètres d’altitude..

 

En effet, le mémorial représentera, une fois terminé, le célèbre chef Crazy Horse, ce valeureux guerrier et chef des sioux du clan des Oglalas de la tribu des Lakotas regardant vers l’est, par-dessus la crinière de son mustang vers l’horizon, la terre sacrée où reposent ses guerriers.

 

Cette sculpture sera plus grande que celle du Mount Rushmore.

 

Dsc04900 1 Dsc04880 1 Dsc04895 1 

 

En 1948, c’est un sculpteur d'origine polonaise Korczak Ziółkowski, aidé par le chef Indien Henry Standing Bear, qui débuta cette gigantesque sculpture.

Korczak avait aussi participé aux travaux du Mont Rushmore.

 

Mais c’est en 1939, que le chef Indien Henry Standing Bear faisait parvenir une lettre en ces termes à Ziółkowski : « Mes camarades chefs et moi-même aimerions que l'Homme Blanc sache que l'Homme Rouge a de grands héros, lui aussi »…

 

Crazy Horse Memorial Foundation » et son auteur Ziółkowski refusèrent dès le départ toutes les aides financières du gouvernement fédéral américain à savoir 10 millions de dollars.

Ils craignèrent que leur projet ne soit abandonné par la suite par le gouvernement.

L’œuvre de ce mémorial est donc à but non commercial et ne reçoit aucune subvention de la part du Dakota du Sud ou du gouvernement fédéral américain.

Les travaux sont principalement financés par la visite des touristes et par la vente de billets d'entrées de plus d'un million de visiteurs annuels mais aussi par les revenus de spectacles traditionnels et des dons privés.

 

En octobre 2006, le mémorial avait lancé sa première campagne de levée de fonds à échelle nationale avec comme objectif de récolter 16,5 millions de dollars d'ici 2011.

Le premier projet concret fut de construire un dortoir pour accueillir quarante étudiants indiens qui travailleront sur le site.

 

Mais le sculpteur décéda en 1982 à l'âge de 77 ans.

La veuve de Ziółkowski, Ruth, est décédée le 21 mai 2014.

 

Dsc04882 1 Dsc04887 1 Dsc04869 1

 

Ses descendants, dont sept de leurs dix enfants, ont décidé de continuer le travail qui pourrait encore durer au moins une cinquantaine d’années selon certaines estimations.

Le complexe dans son ensemble est maintenant la propriété de la « Crazy Horse Memorial Foundation ».

 

Le mémorial est situé précisément sur la « Thunderhead Mountain » qui est considérée comme étant sacrée par les Amérindiens Sioux-Lakota, entre Custer et Hill City, à peu près à 13 km seulement du mont Rushmore.

           

Les dimensions finales de la sculpture seront de 195 m de longueur pour 172 m de hauteur et elle sera une fois terminée, une des plus grandes sculptures au monde après celle de Shiv Smarak qui est un monument en construction en l'honneur du roi guerrier indien (en Inde) du 17ème siècle et fondateur de l'Empire Maratha, Chatrapati Shivaji Maharaj.

Cette statue sera située près de la ville de Mumbai en Inde dans le Maharashtra.

La statue en Inde aura 210 mètres de haut et 270 mètres de long et sera ainsi la statue la plus haute du monde une fois terminée.

 

En 2017, seule la tête est en partie terminée et le bras est en ébauche.

La tête de Crazy Horse mesure 27 m de haut et fut terminée et inaugurée en 1998.

Les têtes des quatre Présidents des États-Unis du mont Rushmore ne mesurent quant à eux que 18 m de haut.

 

Dsc04881 1 Dsc04870 1 Dsc04864 1

 

On trouve juste à côté de la sculpture monumentale

l’« Indian Museum of North America (Musée indien d'Amérique du Nord) et le « Native American Cultural center » (Centre culturel amérindien).

 

La « Crazy Horse Memorial Foundation » sponsorise des événements culturels amérindiens et des programmes éducatifs de la région.

Tous les ans, en juin, une marche populaire est organisée au mémorial, la seule occasion pour gravir la montagne. Environ 15 000 personnes y participent.

 

La plupart des engins de terrassement utilisés sur le site sont offerts par diverses entreprises privées.

Depuis le début des travaux, 8 millions de tonnes de roches ont été excavées de la montagne.

 

Mais beaucoup de polémiques ont vu le jour avec la construction de ce mémorial.

 

Le chef Henry Standing Bear pensait que les motivations de Ziółkowski ont été sincères mais de nombreux Indiens Lakota et Amérindiens traditionalistes sont contre ce mémorial en affirmant que c’est une insulte à tous leurs frères.

Certains disent que l’idée de sculpter dans une montagne magnifique et sauvage une statue de Crazy Horse est une pollution du paysage et va à l'encontre de l'esprit de Crazy Horse.

Actuellement, le mémorial est toujours un sujet de controverse au sein des populations amérindiennes de la région.

Crazy Horse, de son vivant, avait toujours refusé de se laisser photographier et voulait même que le lieu de son inhumation soit un secret.

Est-ce que la sculpture de la statue respecte alors les traits du visage du grand chef ?

 

  Ch memorial Dsc04822 1 Dsc04825 1

 

Aux yeux des Amérindiens, très respectueux des coutumes ancestrales, sculpter la montagne sacrée est un sacrilège.

La statue ne respecterait en rien la gestuelle des Amérindiens qui ne désignent jamais les choses du doigt mais utilisent plutôt le visage, le menton ou les lèvres pour le faire.

Une fois terminé, le mémorial devrait être le point de départ d'un grand centre culturel et éducatif destiné à la formation, notamment de médecins amérindiens.

La construction devait durer 30 ans, mais on estime que les travaux seront terminés aux environs de 2060.

 

Dsc03672 4       Dsc03742 11       Dsc04814 1

               

 

           Le livre des plainesLe livre des plaines   (cliquez)

 

 

                                                     THE END 

 

 

 

 

                    

Date de dernière mise à jour : 24/01/2018