L'HISTOIRE DE JAMESTOWN (VIRGINIA)

 

                                  ARTICLE DE ROLAND ROTH 

 

 

   Jamestown     JAMESTOWN 

 

Avant l’arrivée des colons du futur village de Jamestown en Virginie, des colonies françaises furent établies dès le milieu du 16ème siècle le long de l’actuel Canada et des Grands Lacs alors que l’Espagne fonda sa première colonie permanente à St. Augustine en Floride. 

La quête de richesses et l’ambition incitèrent également la Grande-Bretagne à se lancer dans l’aventure coloniale d’Amérique dont les ressources naturelles pouvaient être exploitées par ces puissances européennes et établir de vastes empires au Nouveau Monde.

Le 25 mars 1584, la reine d’Angleterre Elisabeth Ière confia une charte à Sir Walter Raleigh pour qu’il colonise l’Amérique du Nord avec la mission de chercher et trouver des terres, des pays pour les occuper, les coloniser et en tirer profit.

En été 1584, Walter Raleigh dépêcha 108 colons sur les côtes de l’actuelle Caroline du Nord où ils fondèrent une colonie sur l’île de Roanoke. Ils y construisirent des petites huttes et des fortifications afin d’exploiter et cultiver la région.

 

Dgfh               Cbvn               Chef herowan 

 

Cette première tentative de colonisation fut un échec suite à de mauvaises conditions climatiques, les maladies et les attaques incessantes des Amérindiens. 

Les colons survivants rentrèrent en Angleterre à peine un an après leur arrivée.

En 1587, Raleigh insista à nouveau et envoya à Roanoke encore 118 colons sous le commandement de John White.

A peine quelques semaines après leur arrivée, White retourna en Angleterre pour chercher du ravitaillement.

Mais quand à son retour en 1591 il arriva sur l’île, soit quatre ans plus tard, tous les colons avaient mystérieusement disparu. 

Le mot « croatoan » avait été gravé dans le tronc d’un arbre. Jusqu’à nos jours, cette disparition reste un mystère. 

Les historiens et autres chercheurs pensent qu’ils étaient peut-être tous assassinés par les indigènes ou alors qu’ils avaient succombé aux maladies ou à la famine.

Mais où étaient passés leurs cadavres ? Mystère.

 

Ruines          Walterraleigh          1585

                                                                                        Sir Walter Raleigh 

 

Ceci fut un prélude à ce qui se prépara par la suite à Jamestown en Virginie.

 

Voici cette histoire très singulière et spéciale de cette aventure :

Jamestown était un village de Virginie fondé le 14 mai 1607 sur une île de la rive gauche de la James River, situé à une cinquantaine de kilomètres de la baie de Chesapeake, véritable mer intérieure au confluent de plusieurs estuaires, sur les terres de l'actuelle ville de Williamsburg sur la côte est des États-Unis.

Le cours d'eau et la ville tiennent leurs noms du roi Jacques Ier d'Angleterre (en anglais James) qui monta sur le trône d'Angleterre en 1603.

En décembre 1606, un groupe d'Anglais de 144 hommes embarqua en Angleterre en direction du Nouveau Monde et 36 d'entre eux moururent en mer. 

L'expédition fut financée par un groupe de particuliers qui formèrent la « Virginia Company of London » en vertu d'une Charte signée le 10 avril 1606 par le roi d’Angleterre Jacques 1er. 

La mission principale de l’expédition était d'établir une colonie permanente sur la côte nord-américaine en vue de la recherche ultérieure d'un éventuel et supposé passage maritime vers l'Océan Pacifique pour atteindre l'Asie et ses épices.

 

Xlcm     Xlxo   vMdl

 

Une flotte des trois vaisseaux qui partirent d'Angleterre furent composés du navire amiral « Susan Constant » et  de deux autres bateaux de tailles inférieures, le « Discovery » et le « Godspeed », sous la direction du capitaine Christopher Newport. 

Après un voyage inhabituellement long et difficile de cinq mois comprenant une escale aux Îles Canaries et après à Porto Rico, ils partirent finalement vers les terres américaines le 10 avril 1607. 

L’expédition accosta et mit pied à terre le 26 avril 1607 sur la côte nord-américaine à l’endroit où le sud de la baie rencontre l'Océan Atlantique. Cet évènement sera plus tard dénommé le First Landing. 

Les nouveaux arrivants érigèrent une croix et nommèrent cet endroit Cap Henry en honneur de Henri-Frédéric Stuart le fils ainé du roi d’Angleterre Jacques Ier.

Pour trouver un endroit plus sûr, ils explorèrent ce qu’on appelle actuellement Hampton Roads. 

Ils suivirent une embouchure dans la baie de Chesapeake qu'ils nommèrent James en l'honneur de leur roi, Jacques Ier d'Angleterre, comme dit plus haut, et ils fondèrent un établissement permanent dans une région que des explorateurs venus avant eux avaient déjà baptisé Virginie (Virginia).

Ce fut la première colonie britannique permanente sur le continent américain. 

 Cnvj 1     Ldm     Cnxhs

 

Par la suite, malgré les tentatives d'extraction de minéraux, d'augmenter la production de soie et l'exportation du tabac virginien, aucune exportation rentable ne fut faite vers l’Angleterre et nul ne savait si la colonie pourrait survivre financièrement ou survivre tout court.

Ces premiers explorateurs avaient été accueillis par les Indiens avec des danses, des festins et des cérémonies.

Le 14 mai 1607, le capitaine Edward Maria Wingfield, élu président de la communauté le 25 avril, avait choisi une terre sur une grande péninsule à l'intérieur du territoire pour en faire l’emplacement d’un village fortifié. 

Jamestown Island offrit une position défensive adéquate face aux éventuels bateaux ennemis et assura un ancrage en eau profonde.

En deux semaines, les nouveaux colons avaient construit leur premier fort rudimentaire et nommèrent cette colonie Jamestown.

Ils essayèrent de faire pousser des céréales, des légumes et de chasser du gibier au milieu de ces marécages infestés de moustiques porteurs du paludisme et d’autres maladies. 

L'eau saumâtre des rivières marécageuses était impropre à la consommation.

Le site était trop pauvre et isolé pour pratiquer l'agriculture. 

En plus de l'environnement marécageux, les colons sont arrivés trop tard durant l'année pour planter et obtenir des récoltes. 

L'endroit stratégique offrait toutefois une bonne visibilité ainsi qu’une profondeur d'eau nécessaire pour que les bateaux puissent se rapprocher suffisamment de la terre. 

Le site était particulièrement éloigné des tribus indiennes établies en Virginie. 

 

Dtey Iwgh Dlfo

 

Le 26 mai de la même année, les Amérindiens du coin, les Paspegh, attaquèrent les colons, tuèrent une personne et en blessèrent onze autres.

Le site paraissait très sympathique sous les couleurs du printemps de la Virginie mais les premières déconvenues survinrent avec l'été, ses chaleurs écrasantes et ses nuages d'insectes surgis des marécages environnants. 

Les colons n’étaient pas préparés à affronter les privations, le manque de tout et la rudesse de leur nouvel environnement.

Une bonne partie de la centaine des colons fondateurs de cette colonie était composée d'hommes bien placés dans la société, des gentilshommes qui n’étaient pas habitués au travail manuel et qui répugnèrent à défricher et à labourer la terre de leurs mains.

Pour ne pas mourir de faim, les Indiens conciliants et pacifiques au départ, les Powhatans, leur apportèrent de la nourriture et leur montrèrent comment s’occuper des récoltes.

Des disputes éclatèrent et la colonie tomba dans le chaos. 

Le capitaine John Smith avait été nommé par la compagnie Virginia pour prendre le contrôle de la situation. 

 

Jjohn smith          Atey          Ausy

              JOHN SMITH

 

En plus, il était l'un des seuls hommes blancs de Jamestown à pouvoir négocier pacifiquement avec les Indiens pour obtenir de la nourriture et des fournitures.

En effet, le capitaine Smith a dirigé des groupes d'hommes armés hors du fort pour tenter de commercer avec les autochtones. 

Il a toujours pensé que l'établissement de relations diplomatiques pacifiques avec les Amérindiens locaux était la seule façon pour son peuple de survivre aux durs hivers. 

Il a finalement rencontré Powhatan, le chef de la Confédération qui est le nom communément donné par les Anglais à Wahunsunacock. 

Mais ce n'était pas comme il l'avait prévu. 

Smith s'était séparé de ses compagnons et avait été capturé par un homme nommé Opechancanough. 

Smith avait la perspective d'une très longue épreuve de torture. 

Mais selon la légende, John Smith, alors âgé de 28 ans, aurait été sauvé par la fille de Powhatan, Pocahontas.

Mais en réalité, Pocahontas avait très probablement environ onze ans à l'époque. 

Mais peu importe la légende, le capitaine John Smith a tout de même réussi à s’en sortir d’une mort certaine et il a pu négocier un traité de paix avec la Confédération de Powhatan. 

Apeo      Qiao      Mdl

 

Le 21 juin 1607, Robert Hunt, un ancien vicaire de Reculver en Angleterre, célébra à Jamestown le premier service d’action de grâce connu sur le territoire actuel des Etats-Unis. 

En quelques mois après leur arrivée, cinquante et un colons étaient morts alors que certains survivants désertèrent pour rejoindre les indiens. 

Les Amérindiens étaient déjà établis en Virginie bien avant que les colons anglais ne soient arrivés et ils comptaient environ 14 000 individus dans la région connue sous le nom de « Tsenacommacah ». 

Ils parlaient une langue algonquienne et ils formaient la Confédération Powhatan, dirigée par leur grand chef appelé « Wahunsenacawh » ou encore « Chef Powhatan » comme déjà cité plus haut. 

Comme les colons anglais de Jamestown étaient installés sur le territoire Paspahegh, le chef « Wahunsenacawh » voulait réinstaller ceux-ci en tant que membres de sa confédération à un autre endroit connu sous le nom de Capahosick pour qu’ils fabriquent des outils en métal pour lui. Mais cela ne s'est jamais fait. 

Le commandant de la colonie rentra en Angleterre pour chercher du renfort. 

Pendant ce temps, le chef de la colonie sur place fut alors le capitaine John Smith.

Le capitaine Newport retourna deux fois en Angleterre, menant à bien deux missions d'approvisionnement en 1608, le « First Supply » et le « Second Supply » tout en laissant le Discovery sur place à l'usage des colons. 

Mais à la fin de 1607, les 2/3 des colons de Jamestown moururent avant l'arrivée des navires du premier et du second approvisionnement apportant des fournitures et des vivres ainsi que des artisans allemands, polonais et slovaques. 

En janvier 1608, le navire "First Supply" est arrivé avec cent nouveaux colons qui ont été accueillis par les trente-huit hommes survivants, le reste était mort. 

Avec l'arrivée de nourriture, de fournitures et de main-d'œuvre, les colons avaient construit de nouvelles fortifications et mis en place des gardes armés patrouillant dans la zone extérieure du fort. 

John Smith décréta : "Travailler ou mourir de faim." 

 

Vngh Spso Qdqd

 

Les colons ont été mis au travail en construisant des fermes pour stocker de la nourriture pour l'hiver d’après.

Sans l’arrivée de fournitures et de vivres en 1608, la colonie de Jamestown aurait subi le même destin que deux autres colonies d’Amérique du Nord ayant auparavant échoué à survivre, les colonies de Roanoke et de Popham. 

Les Allemands qui arrivèrent lors du deuxième approvisionnement ainsi que quelques autres colons s'allièrent aux Indiens Powhatans. 

Certains colons eurent l'intention de participer à une supposée attaque menée par les Espagnols contre la colonie et demandèrent aux Powhatans de les rejoindre.

Le projet des Espagnols fut déjoué par l'arrivée providentielle du capitaine anglais Samuel Argall à bord du « Mary and John », un navire plus imposant que le navire de reconnaissance espagnol  « La Asunción de Cristo ». 

Après le deuxième approvisionnement de Jameston, les investisseurs anglais de la « Virginia Company of London » 

exprimèrent leur mécontentement et Ils exigèrent que les colons renvoient des biens de valeur suffisante notamment de l’or pour payer les coûts du voyage. 

Mais durant l'hiver maudit de 1609/1610 qui fut particulièrement sévère pour les colons et malgré les précédents approvisionnements et l’aide de Amérindiens, la population de Jamestown subissait la famine et 80 % d’entre eux moururent, terrassés en quelques mois par les maladies, la malnutrition et leurs relations conflictuelles avec les tribus indiennes belliqueuses voisines.

 

Djur Etry 1 Tyur 

 

 L’ère de la famine à Jamestown de 1609/1610 

 

Ce fut une période terrible :

Les colons de Jamestown étaient menacés par la famine faute de provisions suffisantes. Affamés et également décimés par les épidémies, la découverte du Nouveau Monde vire ainsi au cauchemar.

L'hiver 1609/10 était connu sous le nom de Starving Time. 

Quand la nourriture a finalement été épuisée, les gens ont été forcés de manger des chats, des chiens, des chevaux et des rats. Les colons ont été obligés de rester dans le fort car les indigènes sont dehors pour les tuer en cas de sortie.

Seulement 60 des 214 colons de Jamestown survécurent à cette famine. 

Les archéologues ont découvert des tombes et ils ont conclu, suite à des preuves, à des pratiques de cannibalisme.

C’est des chercheurs américains de la « Smithsonian Institution » qui ont découvert les preuves scientifiques que des habitants de Jamestown, la première colonie anglaise permanente outre-Atlantique, se sont livrés à la pratique du cannibalisme pour survivre pendant cette « ère de la faim » et que ses habitants déterrèrent les cadavres pour s’en nourrir. 

 

Firu    Cbty    Xvdf

 

D’après le capitaine John Smith, les Amérindiens tués dans une escarmouche pourraient avoir été mangés. Il dit « qu’après avoir été enterré trois jours, ils en ont entièrement dévoré un ». 

Les archéologues qui fouillent depuis 25 ans sur le site de Jamestown sont tombés sur les dépouilles humaines, notamment des ossements d’une adolescente surnommée « Jane » qui furent retrouvés dans une déchetterie vieille de 4 siècles avec les ossements d’animaux domestiques. 

Les os du crâne et d'un tibia de cette jeune fille ont été retrouvés en 2012, sur le site du Fort James, le fort originel où les colons s'étaient établis en 1607. 

Le crâne a été envoyé dans un laboratoire de Washington pour savoir 

ce qui s’était passé concernant ces restes humains.

Des traces de coups, très nettes, ont été retrouvées sur le crâne.

La rumeur parlait de pratiques ponctuelles de cannibalisme à Jamestown autour de l’histoire de celle que l’on appelle désormais Jane Doe. 

La jeune victime anglaise, Jane Doe, 14 ans environ, faisait partie des premières femmes qui avaient fait le voyage vers le Nouveau Monde et qui débarquèrent à Jamestown.

 

Sdertry                 Podi                  Xcvdf 

                                                                                          JANE 

 

Elle s’embarqua sur une flotte de neuf bateaux partis d’Angleterre pour ravitailler Jamestown. 

Trois de ces navires disparurent en cours de route lors de tempêtes et les vivres tant espérés furent donc perdus. 

La cause du décès 

de Jane n'a pu être déterminée, mais les chercheurs assurent que les traumatismes découverts ont été infligés après sa mort. 

Les marques de coupure étaient similaires à celles trouvées sur les animaux dépecés

La désespérance et les circonstances exceptionnelles auxquelles ont dû faire face les colons affamés montrent l’intention de ceux-ci de démembrer le corps, d'enlever le cerveau et la chair du visage de l’enfant pour les consommer. 

Les os ont été découpés d’une façon inhabituelle et maladroite, ce qui est une preuve d'une complète inexpérience dans la façon de découper. 

L'archéologue William Kelso a dit que « ce crâne pourrait confirmer un certain nombre de faits évoqués au 17ème siècle sur l'époque de la famine et le désespoir des colons dont certains se seraient résignés à se nourrir des gens qui étaient morts les premiers ».

 

                                                       Nrteyue 

 

L'historien James Horn a dit, concernant le triste sort réservé à  Jane : "que ce fut la conséquence de circonstances dramatiques".

Près de 300 colons s'entassaient dans le fort, terrifiés à l'idée de s'aventurer au de-là des murs, parce que les indiens Powhatans les attendaient pour les tuer. 

Il y avait très peu de nourriture, aucun espoir que des provisions arrivent ». 

Les habitants de Jamestown ont donc bien eu recours au cannibalisme.

 

              

 

C'est à peu près à cette époque qu'un accident généré par de la poudre à canon a presque tué John Smith. 

On prétendait que quelqu'un a mis le feu intentionnellement au magasin de poudre à canon pour se débarrasser du capitaine trop exigeant. 

Blessé, John Smith dû retourner chez lui en Angleterre à cause de ses profondes marques de brûlures suite à l’explosion. 

Bon débarras pour beaucoup de colon de Jamestown qui étaient heureux de voir Smith partir.

Mais Smith avait des liens solides et amicaux avec les autochtones et sans lui il n'y avait pas de commerce.

La colonie de Jamestown fut alors dirigée par George Percy qui était peu compétent dans les négociations avec des tribus amérindiennes.

En 1609, la troisième mission d’approvisionnement était de loin la plus imposante en fournissant à la colonie un très bon équipement. Le nouveau navire-amiral construit pour cette occasion était nommé le « Sea Venture » sous le commandement de Christopher Newport.

Le 2 juin 1609, le « Sea Venture » prit la mer depuis Plymouth en Angleterre en tant que vaisseau-amiral d'une flotte de sept navires à destination de Jamestown.

214 nouveaux colons embarquèrent pour cette traversée.

Le 24 juillet, la flotte traversa une forte tempête, peut-être un ouragan et les navires furent éparpillés. 

Certains arrivèrent tout de même à Jamestown qui était en mauvaise posture. 

Mais c'est à bord du « Sea Venture », bloqué par la tempête, que se trouvaient la plupart des fournitures. 

En effet, le « Sea Venture » résista pendant trois jours à la tempête avant que l'amiral de la compagnie, Sir George Somers, décida de diriger le bateau vers les Bermudes afin d'éviter que le bâtiment ne coule. Cette manœuvre a permis à tout l'équipage de débarquer sain et sauf.

Tous le staff des survivants comprenant le lieutenant-général Sir Thomas Gates, le capitaine Christopher Newport, Sylvester Jordain, John Rolfe et sa femme, Stephen Hopkins qui sera ensuite passager du Mayflower et le secrétaire William Strachey furent bloqués aux Bermudes pendant environ neuf mois. 

 

            Fjgk                             Smsp

                                                                                                                                           POCAHONTAS

    

Ils profitèrent de ce délai pour construire deux nouveaux vaisseaux pinasses qui sont de grands navires armés trois-mâts de commerce, la « Delivrance » et la « Patience ». 

Les navires des Bermudes arrivèrent à Jamestown le 23 mai 1610. A Jamestown, beaucoup de survivants à la famine étaient dans un piteux état et certains presque morts et la colonie a été jugée non viable. 

Tout le monde embarqua alors à bord de la « Delivrance » et de la « Patience » qui mirent cap vers l'Angleterre.

Cependant, le 10 juin 1610, une autre flotte avec à son bord le gouverneur Thomas West, Baron De La Warr (qui donna plus tard son nom à la colonie du Delaware) rencontra les deux navires qui remontèrent la rivière James, accorda un sursis à Jamestown. 

Les colons appelèrent ce jour le Jour de la Providence. 

Cette nouvelle flotte apporta de la nourriture et des fournitures et également des hommes. 

Les anciens colons qui voulaient partir pour l’Angleterre retournèrent à la colonie de Jamestown.

Au moment où les navires de secours sont arrivés, seuls 60 colons étaient encore en vie sur environ 300.

 

 Jamestown et le tabac 

 

En 1612, les colons commencèrent à planter du tabac pour permettre à la communauté de s’en sortir et de survivre. 

John Rolfe, un homme d'affaires londonien, a croisé des semences de tabac d'une variété très en vogue qu'il avait obtenues illégalement à la Trinité espagnole et en Amérique du Sud et a trouvé ainsi une souche qui pousserait bien à Jamestown et pourrait générer d’excellents bénéfices. 

Rolfe obtint des graines alors que l'Espagne punissait de peine de mort quiconque vendait ce type de graines à des étrangers non espagnols.

La paix avec les Powhatan a été établie lorsque John Rolfe a épousé Pocahontas en 1614, la princesse indienne, ce qui a permis de créer une alliance entre les colons et les Amérindiens. 

Pocahontas était la fille du Chef de la confédération Powhatan. 

Ils eurent un fils, Thomas Rolfe.

Mais cette paix n’a pas duré. 

Des soldats ont été envoyés sur place pour assurer la protection des colons et leur tabac. 

Avec ce boom du tabac, d’autres colons ont commencé à affluer en Virginie. 

La colonie est passée de quelques centaines de colons à 1400 en 1622. 

Pour encourager cette colonisation, le roi James offrit 50 acres à chaque émigrant et 50 acres supplémentaires pour chaque personne qu'ils allaient amener avec eux s'il signait un contrat de travail de sept ans.

L’essor du tabac a transformé Jamestown et la colonie de Virginie. Les colonies du Maryland et de la Caroline du Nord ont suivi. 

En 1675, les exportations totales de tabac vers l'Angleterre dépassaient 10 millions de livres. 

Les taxes perçues par ce commerce rapportaient 100 000 livres par an, bien plus que le sucre des colonies des Caraïbes. 

Les esclaves africains furent importés peu après pour travailler dans les champs ce qui a mené à la partie la plus sombre de l’histoire américaine. 

Mais la survie de la colonie de Jamestown, qui était en difficulté, a été réussie grâce au tabac planté et l'histoire a changé le cours de cette partie est des Etats-Unis.

 

Mdl Skdi Smdo

 

          Mais revenons en 1619 : 

 

Les relations avec les Amérindiens allaient continuer à être marquées par des tueries réciproques.

Le 30 juillet 1619 se tint dans l'église de Jamestown la première assemblée de la colonie. 

Elle réunissait le gouverneur et ses six conseillers ainsi que 22 bourgeois qui représentaient les colons. 

L'assemblée vota une première résolution concernant les impôts, la morale publique et le cours du tabac. 

C'est le début de la démocratie représentative à l'américaine.

En cette même année 1619, un bateau ramena d'Angleterre 90 jeunes filles que les colons peuvent prendre pour femme sous réserve de payer leur voyage. 

Ceci permit à la colonie de croître et de se développer.

Le 20 août 1619, des bateaux hollandais débarquèrent à Jamestown les 20 premiers esclaves africains.

Les historiens ont établi que ces Africains étaient effectivement utilisés comme des esclaves mais avaient un statut juridique différent, celui « d'engagés ».

Les malheureux esclaves avaient trouvé de suite des planteurs 

heureux d’avoir une main-d'oeuvre plus docile que les Indiens et les travailleurs blancs sous contrat.

Officiellement ces Africains sont considérés comme des travailleurs ordinaires engagés sous contrat pour une durée de cinq ans. Mais leur statut se dégradera au fil des décennies jusqu'à déboucher sur un nouvel esclavage du type antiquité ou oriental qui survivra très longtemps aux États-Unis.

Les relations entre les colons et les indiens Powhatans se détériorèrent très rapidement après l'arrivée du Baron De La Warr, marquées par le massacre indien de 1622. 

Le 22 mars 1622, les indiens Powhatans attaquèrent la ville tuant 347 personnes soit le quart de la population, lors de la guerre anglo-powhatans.

La guerre anglo-powhatans dura jusqu'à ce que Samuel Argall captura Matoaka, la fille de Wahunsenacawh, plus connue sous le nom de Pocahontas, après quoi le chef accepta un traité de paix.

En 1624, le roi James d’Angleterre révoqua la charte de la « Virginia Company » et la Virginie devint une colonie royale sous le contrôle direct de la couronne.

Mais, malgré cela, la colonie continua à s'accroître. 

 

 Fbhf              Tyui               Erte

 

Les investisseurs avaient perdu tout leur argent et la colonie était officiellement en faillite. 

En 1634, sous les ordres du roi Charles Ier, la colonie fut divisée selon le principe en Angleterre pour former les huit comtés de Virginie. 

Jamestown était désormais située dans le comté de James City, qui est toujours actuellement le plus vieux comté des États-Unis.

En 1644, une autre attaque indienne très importante eut lieu. 

En 1646, Opchanacanough, le chef de la confédération indienne Powhatan, fut capturé. 

Pendant sa détention, un garde anglais, sans en avoir reçu l'ordre, fit feu sur lui dans son dos et le tua.

La confédération Powhatan commença ainsi à décliner. 

Son successeur signa les premiers traités de paix entre les Anglais et les Indiens Powhatans. 

Les traités imposaient aux Powhatans de payer un tribut annuel aux Anglais et de rester confiné dans des réserves.

En 1676, la révolte de Nathaniel Bacon fut une révolte déclenchée dans la colonie britannique de Virginie par des Blancs vivants sur la Frontière avec les Amérindiens, rejoints plus tard par des esclaves noirs et des serviteurs blancs.

Elle éclata à propos de la menace amérindienne dans un contexte de crise agricole et de misère. 

Les Blancs de la Frontière estimaient que le gouverneur de Jamestown, William Berkeley, devrait mener une guerre totale contre les « Doegs » qui se sont lancés dès 1675 dans des actions de guérilla à la suite de différends avec les colons. 

Les Doegs étaient un peuple amérindien qui vivaient en Virginie et parlaient une langue algonquienne et ils étaient peut-être une branche de la tribu Nanticoke.

Nathaniel Bacon, élu à la chambre des Bourgeois de Virginie et cousin de Frances Culpeper (la femme du gouverneur William Berkeley), demanda la mise en place de détachements armés pour combattre les Amérindiens. 

 

Bacon          1622massacre          Revolte bacon

           Nathaniel Bacon

 

Le gouverneur l’accusa de rébellion et le fit emprisonner. 

Deux mille colons de Virginie marchèrent immédiatement sur Jamestown pour lui apporter leur soutien.

Berkeley fit libérer Bacon après une promesse de repentance publique. 

Mais Bacon s’échappa, reforma ses milices et se mit à harceler les Amérindiens. 

En juillet, il rédigea une « Déclaration du Peuple » qui reprochait à l’administration ses impôts injustes, son favoritisme, sa mainmise sur le commerce des fourrures et son abandon des fermiers confrontés aux Amérindiens. 

Bacon attaqua alors les Amérindiens Pamunkeys considérés comme inoffensifs, en tua huit, fit des prisonniers et s’empara de leurs biens. 

À l’automne, Bacon tomba malade et décéda à l’âge de 26 ans. 

Un navire de trente canons, commandé par Thomas Grantham, sera chargé par la couronne britannique de mater la révolte. 

Vingt-trois chefs rebelles indiens furent pendus. 

L’Assemblée de Virginie amnistia la plupart des Blancs qui avaient participé à la révolte, mais pas les Noirs.

L'un des conseillers de Grantham était William Drummond, gouverneur de la Caroline dix ans plus tôt, mais tombé en disgrâce après des protestations des colons de la colonie d'Albemarle contre le régime de taxes et de commerce. 

Il fut exécuté peu après la fin de la révolte. 

Durant cette révolte de Nathaniel Bacon en 1676, Jamestown fut saccagée et incendiée.

Jamestown est restée la capitale de la Virginie jusqu'à ce que sa dernière maison, située à l'extrémité ouest de l'île, soit incendiée en 1698. 

En 1699, la capitale fut alors transférée à Williamsburg et Jamestown a lentement commencé à décliner. 

Dans les années 1750, les terres aux alentours étaient fortement cultivées, principalement par les familles Travis et Ambler.

Un poste militaire était situé sur l'île pendant la révolution américaine au 18ème siècle et des prisonniers américains et britanniques y furent échangés. Des soldats français ont également cherché refuge à Jamestown après la bataille des Ressorts-Vert en 1781. 

En 1861, lors de la guerre de Sécession, l'île fut occupée par des soldats confédérés qui construisirent un fort près du clocher en brique du 17ème siècle, ceci pour organiser la défense et pour  bloquer l’avancée de l'Union du côté de la rivière James. 

 

Tabac  Rteydg  Arar

 

Finalement il n’y a pas eu de bataille au James fort mais après l’abandon de celui-ci par les forces confédérées en 1862, des troupes de l’Union et des esclaves libérés occupèrent l’île le reste de la guerre.

En 1893, la famille Edward Barney était propriétaire de Jamestown. Les Barney’s ont offert à l’Association pour la préservation des antiquités de la Virginie le clocher de l’église du 17ème siècle. 

L’érosion de la rivière James avait emporté la côte ouest de l’île. Avec l'aide du gouvernement fédéral, une digue de mer a été construite en 1900 pour protéger la région de l'érosion. 

Les 400 ans de Jamestown ont été célébrés du 11 au 13 mai 2007. Ce fut la plus ancienne colonisation anglaise permanente des États-Unis actuels, mais ce n’est pas la plus ancienne ville puisque le site fut abandonné au 18ème siècle au profit d'un endroit plus approprié pour la capitale de l'État de Virginie.

De nos jours, Jamestown est l'un des trois sites composant le Triangle historique de la Virginie coloniale avec Williamsburg et Yorktown, avec deux sites patrimoniaux principaux. 

Le site historique est le site archéologique de l'île de Jamestown, Jamestown Settlement, site d'interprétation de l'histoire vivante et qui est géré par la Jamestown Yorktown Foundation », une agence de l'État du Commonwealth de Virginie.

Aujourd'hui, Jamestown est exploité conjointement par la « Preservation Virginia » et le « U.S. National Park Service ».

 

 

              

 

                                                      

 

 

 

                                                                        THE END

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 12/01/2020